La Boîte à Saussure
La Boîte à Saussure
© 2019 La Boîte à Saussure
Histoire de la Langue des Signes Française (LSF)
Partout   dans   le   monde,   du   12   au   20   Mars,   de   nombreuses   villes   et   écoles   ont   célébré   la   semaine   de   la   langue française   et   de   la   Francophonie.   L'occasion   pour   tous   de   jouer   avec   les   mots   et   la   langue.   Quelques   jours   avant   cet événement,   une   autre   journée   a   remporté   un   vif   succès      :   la   19ème   journée   de   l'audition   (10   Mars).   Profitons-en   pour parler de surdité et plus particulièrement de l'histoire de la langue des signes française! Une longue histoire riche en rebondissements...
La   Langue   des   Signes   Française   (ou   LSF)    est   une   langue   dite   «  visuelle  ».   Elle   est   utilisée   par   les Sourds   pour   communiquer   et   dialoguer.    L'histoire   de   cette   langue   a   débuté   dès   l'Antiquité   et   a   été   pour   le   moins mouvementée. Entre interdiction, rejet et réhabilitation, la LSF possède une histoire riche en rebondissements. 1. L’Antiquité (-3 000 av. J-C - 476 ap. J-C) Les   écritures   anciennes   que   l'on   retrouve   inscrites   sur   des   poteries,   des   tablettes   d'argile   ou   des   manuscrits anciens    témoignent    de    l'existence    de    langues    signées    dans    l'ensemble    des    grandes    civilisations    antiques (Mésopotamienne,   Égyptienne,   Romaine,   Grecque,   etc).   Néanmoins,   à   cette   époque,   les   Sourds   sont   considérés comme   des   Hommes   à   part   dans   la   société .   Bien   que   Platon   (et   oui,   encore   lui!)   (427   av.   JC   –   347   av.JC) admette   que   les   Sourds   possèdent   leur   propre   langage,   son   disciple Aristote   (384   av.   JC   –   322   av.   JC)   propose   une toute autre théorie. Pour Aristote , la seule chose qui différencie l'Homme de l'animal est le langage. Par conséquent, selon   le   philosophe   grec,   quelqu'un   qui   ne   parle   pas   ne   peut   pas   penser .   Les   Sourds,   ne   pouvant   ni   parler,   ni entendre,   ne   peuvent   donc   être   que   limités   dans   leur   intelligence.   Cette   triste   conception   associée   aux   Sourds restera longtemps gravée dans l'esprit des gens. 2. Le Moyen-Âge (Vème – XVème siècle) Au   Moyen-Âge,   la   condition   des   Sourds   ne   s'améliore   pas.   Il   leur   est   donc   difficile   de   développer   une   langue commune   et   ils   continuent   à   passer   souvent   pour   des   simples   d'esprit.   En   530,   un   an   après   avoir   été   autorisés   à demander   le   baptême   par   signes   (Concile   d'Orange   en   529),    les   Sourds   de   naissance   se   voient   privés   de   tout droit   civil.    Autour   de   l'an   1000,   les   moines   cisterciens    créent   une   langue   signée   et   un   dictionnaire   de   gestes pour   pouvoir   respecter   leur   vœu   de   silence .   Cette   initiative   est   un   premier   pas   dans   le   développement   d'une langue signée commune.

L'interdiction   de   la   LSF   durera   plus   de   cent   ans.   Elle   tombe   alors   dans   des   heures   sombres.   Elle   n'est   plus utilisée   dans   les   écoles    et   parfois,   on   attache   les   mains   des   enfants   pour   les   empêcher   de   signer .   Mais,   la   LSF continue   néanmoins   à   être   utilisée   en   cachette   dans   les   cours   de   récréation   ou   dans   les   associations   de   Sourds. Cette utilisation cachée va favoriser la création de variantes régionales .
8. À partir des années 1970 : '' le réveil Sourd '' Les   années   1970   marquent   le   ''   réveil   Sourd   ''.    Bien   que   la   LSF   soit   toujours   juridiquement   interdite   en France,   les   Sourds   se   cachent   de   moins   en   moins   pour   pratiquer   leur   langue.   Des   chercheurs   en   linguistique   et   en sociologie   tels   que   William   Stokoe ,   Christian   Cuxac    ou   Bernard   Mottez    étudient   la   LSF   et   la   culture   Sourde.   Les associations   sourdes   sont   de   plus   en   plus   nombreuses.   En   1975,   l'État   vote   une   loi   fixant   l'intégration   scolaire   et l'éducation   obligatoire   pour   les   enfants   Sourds.    En   1976,   Jean   Gremion   et   Alfredo   Corado   décident   de   créer   un lieu   dédié   à   la   culture   sourde.   C'est   la   naissance   de   l'I nternational   Visual   Theatre   (IVT)   à   Paris.   Un   an   plus   tard, une   association   d'interprètes   (ANFIDA)   est   créée.   En   1985,   le   minitel   permet   au   Sourds   de   communiquer   entre   eux   à distance. C'est le début d'une révolution technologique. À   partir   des   années   1990,   les   Sourds   et   la   LSF   commencent   à   être   connus   du   grand   public.   En   1991,   la loi   Fabius   réhabilite   la   LSF.   Cette   loi   permet   aux   parents   de   choisir   entre   une   communication   juste   orale   pour leur   enfant   ou   une   communication   bilingue   LSF-Français.    L'apogée   du   ''   réveil   Sourd   ''   est   atteint   lors   de   la consécration   d' Emmanuelle   Laborit   aux   Molières.   En   1993,   la   comédienne   Sourde   reçoit   le   Molière   de   la   révélation théâtrale   pour   son   rôle   dans   Les   Enfants   du   silence .   La   même   année,   Nicolas   Philibert   propose   un   documentaire   sur l'univers des Sourds : Le pays des sourds . La   LSF   des   années   2000   à   aujourd'hui Depuis   le   vote   de   la   loi   Fabius,   la   France   continue   à   faire   des   progrès   en   matière   de   droits   pour   les Sourds.   En   2005,   le   Sénat   a   reconnu   officiellement   la   LSF .   La   LSF   est   donc   désormais   considérée   comme   une langue   à   part   entière.   Quelques   années   plus   tard,   en   2008,   la   LSF   figure   pour   la   première   fois   en   tant   qu'option au   Baccalauréat   généra l.   L'année   suivante,   en   2009,   les   premiers   CAPES   en   LSF   sont   décernés .   Il   est   donc possible   maintenant   d'effectuer   une   formation   pour   devenir   professeur   de   LSF.   Enfin,   en   2013,   le   premier   manuel scolaire de LSF est publié. E.J.  
La   période   d'âge   d'or   de   la   LSF   prend   malheureusement   fin   en   1880 .   En   effet, l'ensemble   des   pays   européens   et   les   États-Unis   se   réunissent   à   Milan   afin   de   décider quelle    méthode    est    la    plus    adaptée    pour    l'éducation    des    Sourds  :    la    méthode gestuelle    (=   LSF)    ou   la   méthode   orale    (=   l ecture   sur   les   lèvres   et   production   de   mots ). À   l'issue   du   Congrès,   la   LSF   EST   INTERDITE   dans   l'ensemble   des   pays   participants   (hormis   aux   États-Unis   et   en   Angleterre).   Voici   quelques   raisons   invoquées   pour   justifier cette interdiction : Les   gestes   empêchent   les   Sourds   de   bien   respirer ;   ce   qui   favorise   la   tuberculose. Les Sourds doivent donc parler afin que l'air circule mieux dans leurs poumons. La   LSF   ne   constitue   pas   une   vraie   langue.   Elle   est   trop   fantaisiste   et   le   fait   de gesticuler empêche les Sourds de s'intégrer dans la société. La LSF ne permet pas de parler à Dieu.
5. L'âge d'or de la langue des signes  (XVIIIème – XIXème siècle) Après   la   mort   de   l'abbé   de   l'Épée,   la   LSF   se   développe   et   s'enrichit   de   plus   en   plus .   De   nombreux   abbés créent   des   Instituts   en   France   et   en   Europe :   Bordeaux   (1786),   Nancy   La   Malgrange   (1827),   Lille   (1834),   Chambéry (1841),   l'Institut   de   Larnay   vers   Poitiers   (1847),   etc.   L'entendant   Roch-Ambroise   Auguste   Bébian    (1803-1886) plaide   pour   une   éducation   bilingue   des   sourds   LSF-Langue   Française.   En   1829,   Ferdinand   Berthier    (1803-1886) est   le   premier   professeur   Sourd.   Il   est   une   figure   centrale   de   la   lutte   pour   la   reconnaissance   des   Sourds   et   de   leur culture.   Il   organise   de   nombreux   banquets   pour   rendre   hommage   à   l'abbé   de   l'Épée   et   pour   mieux   faire   connaître   le monde   des   Sourds.   Ces   banquets   sont   l'occasion   d'échanger   en   LSF   et   de   rencontrer   des   entendants.   Ils   existent toujours. 6. Laurent Clerc et le développement international des langues des signes Au   XIXème   siècle,   le   pasteur   américain   Thomas   Hopkins   Gallaudet    (1787-1851)   vient   en   Europe   dans   le   but de   trouver   une   méthode   éducative   pour   sa   fille   Sourde.   Il   rencontre   Laurent   Clerc   (1785-1869)   et   le   convainc   de venir   aux   États-Unis   pour   créer   la   première   école   d'enfants   Sourds   américains .   Laurent   Clerc   adapte   alors   la LSF    à    la    langue    anglaise.   Ainsi    est    née    la    Langue    des    Signes   Américaine    (ASL ).    Des    années    plus    tard, l' Université   Gallaudet   est   créée.   C'est   encore   la   seule   université   au   monde   où   l'ensemble   des   cours   a   lieu   en langue des signes. 7. En 1880, le Congrès de Milan signe l'interdiction de la LSF
une   méthode   éducative   et   est   le   premier   à   mettre   en   place   un   enseignement   spécialisé   gratuit   et   accessible   à tous   les   jeunes   Sourds,   quel   que   soit   leur   niveau   social.    Les   travaux   de   l'abbé   de   l'Épée   marquent   le   début   de la   Langue   des   Signes   Française .   C'est   à   partir   de   ce   moment   que   la   LSF   commence   à   devenir   une   langue   à   part entière avec son propre fonctionnement. L'abbé   de   l'Épée   n'aura   de   cesse   de   se   battre   pour   la   reconnaissance   des   Sourds   au   sein   de   la   société française.   Deux   ans   après   sa   mort,   en   1791,   l'Assemblée   Nationale   décide   de   faire   bénéficier   des   Droits   de l'Homme   aux   Sourds .   Cette   même   année,   la   Nation   prend   en   charge   l'école   de   l'abbé   de   l'Épée.   Cette   école deviendra   par   la   suite   le   célèbre   Institut   St-Jacques   de   Paris   (ou   Institut   National   des   Jeunes   Sourds   (INSJ)).   Cet Institut existe encore aujourd'hui.
[1] Une leçon de l’abbé de L’Epée Huile sur toile de Nachor Ginouvrier, 1891
En   1760,    l'abbé   Charles   Michel   de   l'Épée    (1712-1789)   est   le premier   entendant   français   à   s'intéresser   à   la   communication   des   Sourds.   Il est   à   l'heure   actuelle   considéré   comme   l'une   des   figures   historiques   les plus   importantes   pour   les   Sourds   en   France.   Selon   la   légende,   l'abbé   de l'Épée    a    découvert    l'existence    d'une    langue    signée    à    la    suite    d'une rencontre    fortuite.    Un    jour    de    pluie,    deux    sœurs    jumelles    sourdes    lui proposent     de     se     réfugier     chez     elles.     Fasciné     par     leur     façon     de communiquer,   l'abbé   propose   en   remerciement   à   la   mère   des   fillettes   de s'occuper     de     leur     éducation.     Néanmoins,     une     autre     version     moins romancée   existe.   L'abbé   de   l'Épée   aurait   été   chargé   de   l'éducation   des fillettes   suite   au   décès   de   leur   précepteur.   L'abbé   développe   ensuite   toute
L’alphabet dactylologique (d’après Albert Tabaot)
[1]   Une   leçon   de   l’abbé   de   L’Epée :    Huile   sur   toile   de   Nachor   Ginouvrier   (sourd-muet)   d’après   une   esquisse   peinte   de   Frédéric   Peysson,   1891   - Collection Institut national de jeunes sourds de Paris.
3. Le XVIème siècle : une initiative espagnole Au   XVIème   siècle,   le   moine   Pedro   Ponce   de   Leon   (1520-1584)   est   le   premier   à se   préoccuper   de   l'apprentissage   des   Sourds .   Il   ouvre   dans   son   monastère   une classe   spécialisée   pour   les   enfants   Sourds   issus   de   la   noblesse   espagnole.   Pedro Ponce   de   Leon   apprend   aux   enfants   à   s'exprimer   par   des   gestes   simples   et    crée   pour eux    un    alphabet    manuel    permettant    d'épeler    n'importe    quel    mot .    Cet    alphabet manuel   est   le   précurseur   de   la   dactylologie    ( cf. :   image   à   droite ).   En   1620,   Juan   Pablo de   Bonnet    (1573-1633)   publie   le   premier   ouvrage   consacré   à   l'éducation   des   enfants Sourds.   Un   siècle   plus   tard,   le   précepteur   Jacob   Rodrigues   Pereire    (1715-1780)   est   le premier   à   éduquer   des   enfants   Sourds   issus   de   la   noblesse   française   suite   à   son   départ de Lisbonne pour Bordeaux. 4. Le XVIII ème siècle : Les débuts de l'éducation Sourde en France
Pour aller plus loin : - Le film Marie Heurtin  de Jean-Pierre Améris (2014). - Le film  Le pays des Sourds  de Nicolas Philibert (1993). - Le film J'avancerai vers toi avec les yeux d'un sourd de Laetitia Carton (2016). - Yamamoto Osamu (2006-2007), L’orchestre des doigts , Milan, Toulouse.
Le Saviez-vous? La LSF n’est pas une langue internationale. Chaque pays possède sa propre Langue des Signes. Le mot “Signer” signifie “parler en Langue des Signes” 
L’abbé de l’Épée - Extrait du film “Ridicule” réalisé par Patrice Leconte (1996) (DVD Universal) Nous remercions chaleureusement Monsieur Patrice Leconte et son producteur Monsieur Frédéric Brillion (Epithète Films) de nous avoir autorisé à diffuser cet extrait.
La Boîte à Saussure
La Boîte à Saussure
© 2019 La Boîte à Saussure
Histoire de la Langue des Signes Française (LSF)
Partout     dans     le     monde,     du     12     au     20     Mars,     de nombreuses   villes   et   écoles   ont   célébré   la   semaine   de   la   langue française   et   de   la   Francophonie.   L'occasion   pour   tous   de   jouer avec     les     mots     et     la     langue.     Quelques     jours     avant     cet événement,   une   autre   journée   a   remporté   un   vif   succès      :   la 19ème   journée   de   l'audition   (10   Mars).   Profitons-en   pour   parler de   surdité   et   plus   particulièrement   de   l'histoire   de   la   langue   des signes française! Une longue histoire riche en rebondissements...
La   L angue   des   Signes   Française   (ou   LSF)    est   une langue   dite   «  visuelle  ».   Elle   est   utilisée   par   les   Sourds   pour communiquer   et   dialoguer.    L'histoire   de   cette   langue   a   débuté dès    l'Antiquité    et    a    été    pour    le    moins    mouvementée.    Entre interdiction,   rejet   et   réhabilitation,   la   LSF   possède   une   histoire riche en rebondissements. 1. L’Antiquité (-3 000 av. J-C - 476 ap. J-C) Les   écritures   anciennes   que   l'on   retrouve   inscrites   sur des   poteries,   des   tablettes   d'argile   ou   des   manuscrits   anciens témoignent   de   l'existence   de   langues   signées   dans   l'ensemble des       grandes       civilisations       antiques       (Mésopotamienne, Égyptienne,    Romaine,    Grecque,    etc).    Néanmoins,    à    cette époque,   les   Sourds   sont   considérés   comme   des   Hommes   à part   dans   la   société .   Bien   que   Platon   (et   oui,   encore   lui!)   (427 av.   JC   –   347   av.JC)   admette   que   les   Sourds   possèdent   leur propre   langage,   son   disciple   Aristote   (384   av.   JC   –   322   av.   JC) propose   une   toute   autre   théorie.   Pour   Aristote ,   la   seule   chose qui     différencie     l'Homme     de     l'animal     est     le     langage.     Par conséquent,   selon   le   philosophe   grec,   quelqu'un   qui   ne   parle pas   ne   peut   pas   penser .   Les   Sourds,   ne   pouvant   ni   parler,   ni entendre,     ne     peuvent     donc     être     que     limités     dans     leur intelligence.   Cette   triste   conception   associée   aux   Sourds   restera longtemps gravée dans l'esprit des gens.

L'interdiction   de   la   LSF   durera   plus   de   cent   ans.   Elle tombe   alors   dans   des   heures   sombres.   Elle   n'est   plus   utilisée dans   les   écoles    et   parfois,   on   attache   les   mains   des   enfants pour   les   empêcher   de   signer .   Mais,   la   LSF   continue   néanmoins à   être   utilisée   en   cachette   dans   les   cours   de   récréation   ou   dans les   associations   de   Sourds.   Cette   utilisation   cachée   va   favoriser la création de variantes régionales .
8. À partir des années 1970 : '' le réveil Sourd '' Les   années   1970   marquent   le   ''   réveil   Sourd   ''.    Bien que   la   LSF   soit   toujours   juridiquement   interdite   en   France,   les Sourds    se    cachent    de    moins    en    moins    pour    pratiquer    leur langue.   Des   chercheurs   en   linguistique   et   en   sociologie   tels   que William   Stokoe ,   Christian   Cuxac    ou   Bernard   Mottez    étudient la   LSF   et   la   culture   Sourde.   Les   associations   sourdes   sont   de plus   en   plus   nombreuses.   En   1975,   l'État   vote   une   loi   fixant l'intégration    scolaire    et    l'éducation    obligatoire    pour    les enfants   Sourds.    En   1976,   Jean   Gremion   et   Alfredo   Corado décident   de   créer   un   lieu   dédié   à   la   culture   sourde.   C'est   la naissance   de   l'I nternational   Visual   Theatre   (IVT)   à   Paris.   Un an   plus   tard,   une   association   d'interprètes   (ANFIDA)   est   créée. En   1985,   le   minitel   permet   au   Sourds   de   communiquer   entre eux à distance. C'est le début d'une révolution technologique. À   partir   des   années   1990,   les   Sourds   et   la   LSF commencent   à   être   connus   du   grand   public.   En   1991,   la   loi Fabius   réhabilite   la   LSF.   Cette   loi   permet   aux   parents   de choisir    entre    une    communication    juste    orale    pour    leur enfant     ou     une     communication     bilingue     LSF-Français.   L'apogée   du   ''   réveil   Sourd   ''   est   atteint   lors   de   la   consécration d' Emmanuelle   Laborit   aux   Molières.   En   1993,   la   comédienne Sourde   reçoit   le   Molière   de   la   révélation   théâtrale   pour   son   rôle dans   Les   Enfants   du   silence .   La   même   année,   Nicolas   Philibert propose   un   documentaire   sur   l'univers   des   Sourds :   Le   pays   des sourds . La   LSF   des   années   2000   à   aujourd'hui Depuis   le   vote   de   la   loi   Fabius,   la   France   continue à   faire   des   progrès   en   matière   de   droits   pour   les   Sourds.   En 2005,   le   Sénat   a   reconnu   officiellement   la   LSF .   La   LSF   est donc   désormais   considérée   comme   une   langue   à   part   entière. Quelques   années   plus   tard,   en   2008,   la   LSF   figure   pour   la première   fois   en   tant   qu'option   au   Baccalauréat   généra l. L'année   suivante,   en   2009,   les   premiers   CAPES   en   LSF   sont décernés .    Il    est    donc    possible    maintenant    d'effectuer    une formation   pour   devenir   professeur   de   LSF.   Enfin,   en   2013,   le premier manuel scolaire de LSF est publié. E.J.  
anglaise.   Ainsi    est    née    la    Langue    des    Signes   Américaine (ASL ).   Des   années   plus   tard,   l' Université   Gallaudet   est   créée. C'est   encore   la   seule   université   au   monde   où   l'ensemble   des cours a lieu en langue des signes. 7.   En   1880,   le   Congrès   de   Milan   signe   l'interdiction   de la LSF La       période       d'âge       d'or       de       la       LSF       prend malheureusement   fin   en   1880 .   En   effet,   l'ensemble   des   pays européens    et    les    États-Unis    se    réunissent    à    Milan    afin    de décider   quelle   méthode   est   la   plus   adaptée   pour   l'éducation des   Sourds  :   la   méthode   gestuelle    (=   LSF)    ou   la   méthode orale    (=   l ecture   sur   les   lèvres   et   production   de   mots ).   À l'issue   du   Congrès,   la   LSF   EST   INTERDITE   dans   l'ensemble des   pays   participants    (hormis   aux   États-Unis   et   en   Angleterre). Voici      quelques      raisons      invoquées      pour      justifier      cette interdiction : Les   gestes   empêchent   les   Sourds   de   bien   respirer ;   ce qui   favorise   la   tuberculose.   Les   Sourds   doivent   donc parler afin que l'air circule mieux dans leurs poumons. La   LSF   ne   constitue   pas   une   vraie   langue.   Elle   est   trop fantaisiste   et   le   fait   de   gesticuler   empêche   les   Sourds de s'intégrer dans la société. La LSF ne permet pas de parler à Dieu.
5.   L'âge   d'or   de   la   langue   des   signes      (XVIIIème   XIXème siècle) Après   la   mort   de   l'abbé   de   l'Épée,   la   LSF   se   développe et   s'enrichit   de   plus   en   plus .   De   nombreux   abbés   créent   des Instituts   en   France   et   en   Europe :   Bordeaux   (1786),   Nancy   La Malgrange   (1827),   Lille   (1834),   Chambéry   (1841),   l'Institut   de Larnay   vers   Poitiers   (1847),   etc.   L'entendant   Roch-Ambroise Auguste     Bébian      (1803-1886)     plaide     pour     une     éducation bilingue     des     sourds     LSF-Langue     Française.     En     1829, Ferdinand    Berthier     (1803-1886)    est    le    premier    professeur Sourd.     Il     est     une     figure     centrale     de     la     lutte     pour     la reconnaissance   des   Sourds   et   de   leur   culture.   Il   organise   de nombreux   banquets   pour   rendre   hommage   à   l'abbé   de   l'Épée et    pour    mieux    faire    connaître    le    monde    des    Sourds.    Ces banquets   sont   l'occasion   d'échanger   en   LSF   et   de   rencontrer des entendants. Ils existent toujours. 6.    Laurent    Clerc    et    le    développement    international des langues des signes Au     XIXème     siècle,     le     pasteur     américain     Thomas Hopkins   Gallaudet    (1787-1851)   vient   en   Europe   dans   le   but   de trouver   une   méthode   éducative   pour   sa   fille   Sourde.   Il   rencontre Laurent   Clerc   (1785-1869)   et   le   convainc   de   venir   aux   États- Unis     pour     créer     la     première     école     d'enfants     Sourds américains .    Laurent    Clerc    adapte    alors    la    LSF    à    la    langue
communication   des   Sourds.   Il   est   à   l'heure   actuelle   considéré comme   l'une   des   figures   historiques   les   plus   importantes   pour les   Sourds   en   France.   Selon   la   légende,   l'abbé   de   l'Épée   a découvert    l'existence    d'une    langue    signée    à    la    suite    d'une rencontre    fortuite.    Un    jour    de    pluie,    deux    sœurs    jumelles sourdes   lui   proposent   de   se   réfugier   chez   elles.   Fasciné   par   leur façon   de   communiquer,   l'abbé   propose   en   remerciement   à   la mère   des   fillettes   de   s'occuper   de   leur   éducation.   Néanmoins, une    autre    version    moins    romancée    existe.    L'abbé    de    l'Épée aurait   été   chargé   de   l'éducation   des   fillettes   suite   au   décès   de leur   précepteur.   L'abbé   développe   ensuite   toute   une   méthode éducative   et   est   le   premier   à   mettre   en   place   un   enseignement spécialisé   gratuit   et   accessible   à   tous   les   jeunes   Sourds, quel   que   soit   leur   niveau   social.    Les   travaux   de   l'abbé   de l'Épée   marquent   le   début   de   la   Langue   des   Signes   Française . C'est   à   partir   de   ce   moment   que   la   LSF   commence   à   devenir une langue à part entière avec son propre fonctionnement. L'abbé   de   l'Épée   n'aura   de   cesse   de   se   battre   pour   la reconnaissance   des   Sourds   au   sein   de   la   société   française. Deux    ans    après    sa    mort,    en    1791,    l'Assemblée    Nationale décide    de    faire    bénéficier    des    Droits    de    l'Homme    aux Sourds .   Cette   même   année,   la   Nation   prend   en   charge   l'école de   l'abbé   de   l'Épée.   Cette   école   deviendra   par   la   suite   le   célèbre Institut   St-Jacques   de   Paris   (ou   Institut   National   des   Jeunes Sourds (INSJ)). Cet Institut existe encore aujourd'hui.
[1] Une leçon de l’abbé de L’Epée Huile sur toile de Nachor Ginouvrier, 1891
Sourds.   Un   siècle   plus   tard,   le   précepteur   Jacob   Rodrigues Pereire     (1715-1780)    est    le    premier    à    éduquer    des    enfants Sourds   issus   de   la   noblesse   française   suite   à   son   départ   de Lisbonne pour Bordeaux. 4.    Le    XVIII    ème    siècle :    Les    débuts    de    l'éducation Sourde en France En   1760,    l'abbé   Charles   Michel   de   l'Épée    (1712- 1789)    est    le    premier    entendant    français    à    s'intéresser    à    la
L’alphabet dactylologique (d’après Albert Tabaot)
[1]   Une   leçon   de   l’abbé   de   L’Epée :    H uile   sur   toile   de   Nachor   Ginouvrier (sourd-muet)   d’après   une   esquisse   peinte   de   Frédéric   Peysson,   1891   -   Collection Institut national de jeunes sourds de Paris.
2. Le Moyen-Âge (Vème – XVème siècle) Au   Moyen-Âge,   la   condition   des   Sourds   ne   s'améliore pas.   Il   leur   est   donc   difficile   de   développer   une   langue   commune et   ils   continuent   à   passer   souvent   pour   des   simples   d'esprit.   En 530,   un   an   après   avoir   été   autorisés   à   demander   le   baptême   par signes   (Concile   d'Orange   en   529),    les   Sourds   de   naissance   se voient    privés    de    tout    droit    civil.    Autour    de    l'an    1000,    les moines     cisterciens      créent     une     langue     signée     et     un dictionnaire   de   gestes   pour   pouvoir   respecter   leur   vœu   de silence .     Cette     initiative     est     un     premier     pas     dans     le développement d'une langue signée commune. 3. Le XVIème siècle : une initiative espagnole Au    XVIème    siècle,    le    moine    Pedro    Ponce    de    Leon (1520-1584)      est      le      premier      à      se      préoccuper      de l'apprentissage   des   Sourds .   Il   ouvre   dans   son   monastère   une classe   spécialisée   pour   les   enfants   Sourds   issus   de   la   noblesse espagnole.    Pedro    Ponce    de    Leon    apprend    aux    enfants    à s'exprimer    par    des    gestes    simples    et     crée    pour    eux    un alphabet   manuel   permettant   d'épeler   n'importe   quel   mot . Cet   alphabet   manuel   est   le   précurseur   de   la   dactylologie    ( cf. : image   à   droite ).   En   1620,   Juan   Pablo   de   Bonnet    (1573-1633) publie   le   premier   ouvrage   consacré   à   l'éducation   des   enfants
Pour aller plus loin : - Le film Marie Heurtin  de Jean-Pierre Améris (2014). - Le film  Le pays des Sourds  de Nicolas Philibert (1993). -   Le   film   J'avancerai   vers   toi   avec   les   yeux   d'un   sourd   de   Laetitia Carton (2016). -   Yamamoto   Osamu   (2006-2007),   L’orchestre   des   doigts ,   Milan, Toulouse.
Le Saviez-vous? La LSF n’est pas une langue internationale. Chaque pays possède sa propre Langue des Signes. Le mot “Signer” signifie “parler en Langue des Signes”.
L’abbé de l’Épée - Extrait du film “Ridicule” réalisé par Patrice Leconte (1996) (DVD Universal) Nous remercions chaleureusement Monsieur Patrice Leconte et son producteur Monsieur Frédéric Brillion (Epithète Films) de nous avoir autorisé à diffuser cet extrait.