Les frères Schlegel et le comparatisme Comme    nous    l’avons    indiqué    dans    notre    précédent    article ,    l’Homme    a    toujours    aimé nommer,    décrire    et    classer    les    éléments    qui    l’entourent.    Cette    soif    de    classement    s’est particulièrement   manifestée   au   XIXème   siècle   avec   la   naissance   d’un   mouvement   entièrement dédié   à   la   comparaison   :   le   comparatisme .   Le   comparatisme    (ou   linguistique   comparée )   est un   courant   qui,   comme   son   nom   l’indique,   est   basé   sur   la   comparaison   des   langues   entre elles .   Or,   qui   dit   comparaison,   dit   classement   et   donc   apparition   des   premières   typologies   des langues !
Dans   un   précédent   article ,   nous   avions   décrit   ce   qu’est   une   typologie   et   à   quoi   cela   pouvait   bien   servir.   Le temps   est   venu   à   présent   d’enfiler   notre   bleu   de   travail,   prendre   notre   clé   à   mollette,   d’ouvrir   le   capot   et   démonter   le moteur   de   notre   communication   !   Mettons   nos   mains   dans   le   cambouis,   et   allons   étudier   le   fonctionnement   des langues   !   Et   pour   cela,   intéressons-nous   à   une   des   typologies   des   langues   les   plus   connues   :   celle   des   frères Schlegel.
La Boîte à Saussure
La Boîte à Saussure
© 2019 La Boîte à Saussure
Typologie linguistique ou comment s’initier à la mécanique des langues?

La typologie des frères Schlegel: comment classer les langues selon leur forme? 1. Les langues isolantes: un mot = une information
Pour aller plus loin : -   Schlegel   (von)   August   Wilhem   (1818),   Observations   sur   la   langue   et   la   littérature   provençale,   Librairie   grecque- latine-allemande, Paris. - Hagège Claude (1982), La Structure des langues, Que sais-je?, Presses Universitaires de France, Paris.  - Et pour ceux qui maitrisent l’allemand: Schlegel Friedrich (1808), Über die Sprache und Weisheit der Indier, Mohr und Zimmer, Oxford University.
Friedrich von Schlegel (1772-1829) Portrait d’Adolf Hohneck.
August Wilhelm von Schlegel (1767-1845) Portrait de Josef Axmann (1829).
En   1808   puis   en   1818,   les   frères   Schlegel   proposent   pour   la   première   fois   une classification   des   langues .   Dans   cette   typologie,   Friedrich   von   Schlegel    (1772-1829) puis    son    frère     August    Wilhelm    von    Schlegel    (1767-1845)    décident    de    classer    les langues    en    fonction    de    la    manière    dont    les    mots    se    forment .    On    parle    alors    de typologie   morphologique .   De   cette   sorte,   les   frères   Schlegel   classent   les   langues   en   trois groupes     :     l es     langues     isolantes,     les     langues     agglutinantes     et     les     langues flexionnelles .     Un     quatrième     groupe     sera     ajouté     plus     tard,     celui     des     l angues polysynthétiques.    La   typologie   des   frères   Schlegel   sera   par   la   suite   reprise   et   complétée par    différents    linguistes,    dont    August    Schleicher     (1821-1868).    Ce    dernier    a    d’ailleurs grandement    contribué    à    la    popularisation    de    cette    typologie.    La    typologie    des    frères Schlegel   sera   par   la   suite   reprise   et   complétée   par   différents   linguistes ,   dont   August Schleicher   (1821-1868) .   Ce   dernier   a   d’ailleurs   grandement   contribué   à   la   popularisation de cette typologie.
Exemple de langues isolantes:  le chinois, le vietnamien, le birman, le tibétain, le thaî, etc.
Dans   une   langue   isolante   (ou   analytique ),   aucune   modification   n’est   possible .   Chaque   mot   a   une   seule et   unique   écriture   et   cette   écriture   ne   change   jamais .   De   même,   chaque   mot   exprime   un   seul   et   unique   sens . Il    n’existe    pas    d’accords    en    genre     (masculin/féminin),    en    nombre     (singulier/pluriel)    et    encore    moins    de conjugaison.   C ontrairement   au   français,   la   grammaire   des   langues   isolantes   n’est   pas   visuellement   facilement repérable .
Pour mieux visualiser le mécanisme qui anime les langues isolantes, prenons l’exemple du chinois.
Je mange le repas.
w ǒ = ‘moi’, ‘je’ chī = ‘manger’ fàn = ‘repas’
  了
w ǒ = ‘moi’, ‘je’ chī = ‘manger’ fàn = ‘repas’ le = ‘finir’, particule de l’accompli
J’ai mangé le repas.
En   chinois,   on   n’ajoute   pas   un   mot   uniquement   lorsque   l’on   veut   indiquer   le   temps.   Bien   au   contraire!   Par exemple,   la   même   technique   est   utilisée   lorsqu’on   veut   préciser   que   l’on   a   affaire   à   plusieurs   objets.   Contrairement au   français,   l’ajout   de   la   lettre   -s   en   fin   de   mot   n’existe   pas   ( un   arbre   →   des   arbre s ).   De   même,   il   est   impossible   de rajouter    des    lettres    à    un    mot    pour    en    créer    un    nouveau    de    la    même    famille    ( venir    →    re venir,    maison    →      maison nette ).   Ainsi,   dans   les   langues   isolantes,   rien   ne   bouge,   rien   ne   se   transforme!   Chaque   mot   est   isolé   de ses collègues et est situé à un emplacement bien précis.
En   chinois,   lorsque   l’on   veut   écrire   la   phrase   «   Je   mange   le   repas   » ,   on   utilise   trois   mots   (ou   caractères),   contre quatre   mots   en   français.   Imaginons   maintenant   que   nous   venons   de   finir   de   manger   un   bon   repas.   Notre   phrase   va alors   légèrement   se   transformer   et   devenir   «   J’ai   mangé   le   repas   ».    Mais   comment   allons-nous   traduire   cette   phrase en   chinois?   Ne   paniquons   pas,   inutile   de   se   jeter   sur   votre   livre   de   grammaire   chinoise   ni   sur   vos   tableaux   de conjugaison.   Rappelez-vous,   le   chinois   est   une   langue   isolante   !   Par   conséquent,   il   ne   possède   pas   de   conjugaison ni   d’accords   grammaticaux   visibles   !   Il   n’est   donc   pas   possible,   contrairement   au   français,   de   modifier   l’écriture   du verbe   pour   indiquer   que   le   temps   change:   je    mang e   ( présent )   →      j’ai   mang é   ( passé ) .   Dans   les   langues   isolantes,   un mot   correspond   à   une   information.   Le   passé   sera   donc   indiqué   à   l’aide   d’un   mot   supplémentaire,   comme   le   montre l’exemple ci-dessous.
Avez-vous   bien   compris   le   fonctionnement   des   langues   isolantes?   Venez   tester votre connaissance du chinois en cliquant sur le titre ou les dés à gauche.
Le Saviez-vous? En Sciences du langage, on indique le sens d’un mot  entre deux apostrophes ‘…’ Attention,   les   langues   isolantes   ne   sont   pas   plus   faciles   à   apprendre   que   les   autres   types   de   langues   ! Certes,   contrairement   au   français,   il   n’y   a   pas   de   conjugaison   ni   d’accords   de   grammaire   à   apprendre. Toutefois,   d’autres   éléments   tels   que   l’ordre   des   mots,   le   contexte,   les   nuances   de   tons   de   la   voix   ou tout    simplement    l’utilisation    d’une    grande    variété    de    mots    rendent    les    langues    isolantes    aussi complexes à apprendre que n’importe quelle autre langue.
2. Les langues agglutinantes: les reines des affixes
Exemple   de   langues   agglutinantes:    le   hongrois,   le   japonais,   les   langues   bantoues,   le   finnois,   le   turc, le mongol, l’estonien, le coréen, etc.
Dans   une   langue   agglutinante,   on   regroupe,   on   colle,   on   assemble,   on   agglomère…bref   on   agglutine    ! Le   fonctionnement   est   donc   très   différent   des   langues   isolantes   puisqu’il   n’y   a   pas   un   seul   et   unique   mot pour une seule et unique information. Afin de comprendre le mode d’emploi des langues agglutinantes, prenons l’exemple du turc:
ev = ‘maison’     ev ler  = ‘maison’ + ‘pluriel’
ev = ‘maison’     ev im  = ‘maison’ + ‘ma’
ev = ‘maison’     ev ler im  = ‘maisons’ + ‘pluriel’ + ‘ma’
ev = ‘maison‘     ev im de  = ‘maison’ + ‘ma’ + ‘dans, à l’intérieur de’
les maisons
ma maison
mes maisons
dans ma maison
En   turc,   le   but   du   jeu   consiste   à   choisir   une   première   brique   de   départ    ( ev   =   ‘maison’ ).   Par   la   suite,   une   fois   le choix   effectué,   il   suffit   de   sortir   une   truelle,   un   peu   de   ciment   et   de   coller   d’autres   briquettes   (plus   communément appelées   affixes )   à   la   brique   de   départ   afin   d’ajouter   plus   de   précisions   ( ler    pour   indiquer   le   pluriel ,   im    pour   le pronom   possessif    ‘ma’,   etc).   Le   tout   permet   alors   d’obtenir   de   jolies   constructions   telles   que   les   mots   evl er    (=   ‘les maisons’) ou ev im  (= ma maison) . Attention,   les   affixes    ou   les   petites   briquettes   sont   en   réalité   des   petits   bouts   de   mots   que   l’on   ne   peut   pas fixer   n’importe   où   sur   le   mot   de   départ .   En   effet,   les   affixes   se   collent   soit   au   début   du   mot   (on   parle   alors   de préfixes: possible im possible ), soit en fin de mot (on parle alors de suffixes: maison →  maison nette ). Ainsi,    dans    les    langues    agglutinantes,    tout    est    question    d’affixes,    de    découpage    et    de    collage    !   Contrairement   aux   langues   isolantes,   il   n’y   a   pas   un   mot   par   information    (‘ maison’    +   beaucoup’ )   mais   un   seul mot   avec   plusieurs   informations   qui   se   traduisent   par   l’ajout   d’un   ou   plusieurs   affixes    ( ev ler   =   ‘les   maisons’) . Les   affixes   peuvent   apporter   un   grand   nombre   de   précisions   dont   le   sujet   des   verbes,   le   temps   ou   le   nombre d’objets dont on parle. Les   langues   agglutinantes   sont   certes   les   championnes   du   monde   des   affixes   mais   attention,   restons   vigilant! Tous   les   coups   ne   sont   pas   permis    et   l’ajout   d’affixes   reste   contraint   par   certaines   règles   de   grammaire .   Un affixe   ne   peut   exprimer   qu’une   seule   et   unique   information   à   la   fois   et   sa   forme   restera   toujours   la   même quel   que   soit   le   mot   de   départ.    Contrairement   au   français,   i l   est   donc   impossible   d’avoir   plusieurs   affixes   qui indiqueraient   tous   les   deux   le   pluriel   ( un   arbre   →   des   arbre s ,   un   hibou→   des   hibou x ).   De   même,   le    mot   de départ   est   fixe   et   ne   change   par   conséquent   jamais   d’écriture .   Contrairement   au   français,   nous   ne   pourrons donc   pas   trouver   des   transformations   telles   que:   un   travail→   des   trav aux    ou   un   oeil→   des   yeux ).   Enfin,   dans   les langues   agglutinantes,   t outes   les   informations   grammaticales   sont   rassemblées   dans   un   seul   mot.   Cela permet   notamment   d’acoller   beaucoup   d’affixes   aux   mots   de   base .   Hors   des   affixes,   i l   n’existe   pas   de préposition   ( à ,   sur ,   etc),   de   pronoms   ( je,   tu,   etc),   d’articles   ou   de   déterminants   ( un,   une,   les ,   etc).    Ainsi,   une phrase comme Je ne sais pas  s’écrira en un seul mot en turc: bilmiyorum .
Avez-vous   bien   compris   le   fonctionnement   des   langues   agglutinantes?   Épatez   votre entourage ou partez tout simplement en voyage en découvrant la langue quechua !
3. Les langues flexionnelles: les langues qui fusionnent.
Exemple   de   langues   flexionnelles:    le   français,   le   latin,   le   russe,   l’allemand,   l’espagnol,   l’anglais, l’arabe, etc.
Les   langues   flexionnelles   partagent   un   point   commun   avec   les   langues   agglutinantes:   tout   commence   par   un mot   de   départ .   Toutefois,   cette   ressemblance   ne   suffit   pas   pour   les   ranger   dans   la   même   catégorie.   En   effet,   dans les langues flexionnelles, on ne colle pas des affixes au mot de départ mais on les fusionne . Pour   mieux   visualiser   la   différence   entre   langues   agglutinantes   et   langues   flexionnelles,   prenons   l’exemple   du français.
En   français,   dans   une   grande   partie   des   cas,   lorsque   l’on   veut   indiquer   qu’on   a   affaire   à   plusieurs   objets,   on   ajoute la   lettre   s   ( un   arbre   →   des   arbre s ).   Cependant,   des   exceptions   existent.   Par   exemple,   lorsque   le   mot   se   termine   par les lettres - al , la règle est différente ( un chev al → des chev aux) . Il   est   impossible   de   représenter   le   fonctionnement   du   français   en   emboîtant   des   pièces   comme   dans   un puzzle, ainsi que nous avons pu le faire avec le turc . Mais, « pourquoi donc ? », me direz-vous. Et   bien,   tout   simplement   parce   que   l a   limite   qui   résulte   du   collage   des   pièces    indiquant   le   pluriel   ( cheval   et   - s ) est   floue   et   difficilement   repérable.   Ici,   nous   n’avons   pas   à   coller   les   deux   pièces   mais   nous   devons   les fusionner    !   Lors   de   la   fusion,   une   réaction   chimique   se   produit   et   transforme   le   mot   de   départ   ( cheval )   en changeant sa forme  ( cheval   s   → chev aux ). Bref ,   dans   les   langues   flexionnelles,   ça   bouge,   ça   se   fusionne   et   ça   se   transforme   !   Les   mots   peuvent changer   leur   forme   selon   le   sens   qu’ils   expriment   ou   les   relations   grammaticales   qu’ils   entretiennent   entre eux  (le pluriel, le féminin ou le cas pour le latin par exemple). Un   autre   élément   important   permet   de   départager   les   langues   agglutinantes   des   langues   flexionnelles.   Dans les    langues    flexionnelles,    un    même    affixe    peut    exprimer    différentes    choses    à    la    fois .    Or,    cela    n’est absolument pas envisageable dans les langues agglutinantes ! Reprenons   l’exemple   de   la   lettre   s .   Nous   venons   de   voir   que   l’ajout   de   la   lettre   s   permet   d’indiquer   qu’on   a   affaire   à plusieurs objets. Mais elle est également utilisée dans de nombreux autres cas: la 2ème personne du singulier au présent ( tu chante s ) . la 1ère personne du singulier dans les verbes du 2ème groupe au présent ( je fai s ). De    même,    l’affixe    - ez    peut    indiquer    au    présent    la    2ème    personne    du    pluriel    ( vous    chant ez )    mais    aussi    le vouvoiement d’une personne ( Vous reprendr ez  bien du cassoulet? ) et donc une marque de respect. Ainsi,   dans   les   langues   flexionnelles,   un   sens   ou   une   fonction   n’est   pas   forcément   associé   à   un   seul   et   unique affixe.   Cette   alternance   et   cette   variété   de   formes   différentes   appliquées   à   chaque   mot   rend   souvent   les   règles   de conjugaison, d’accords ou de déclinaisons complexes dans ce type de langues.
les = article du masculin + pluriel
cheval = ‘cheval’
4. Les langues polysynthétiques
Exemple   de   langues   polysynthétiques:    le   yupic   (langue   inuite   de   Sibérie   et   d’Alaska),   l’inupiak- nuktitut (langue inuite parlée de l’Alaska au Groenland) , le piwi (langue aborigène d’Australie), etc.
La   catégorie   des   langues   polysynthétiques   (ou    incorporantes)   ne   faisait   pas   partie   de   la   typologie initiale   proposée   par   les   frères   Schlegel .   Mais,   elles   ont   été   rajoutées   par   la   suite   en   1849   par August   Friedrich Pott. Les   langues   polysynthétiques   sont   des   langues   qui   utilisent   de   façon   extrême   l’agglutination .   O n   aurait   très bien   pu   classer   ces   langues   parmi   les   langues   agglutinantes   mais   certains   chercheurs   préfèrent   les   classer   dans   une autre   catégorie.   En   effet,   le   nombre   d’affixes   collés   y   est   tellement   élevé   que   l'équivalent   d'une   phrase   se résume en un seul mot . Afin   d’avoir   une   vision   plus   précise   des   langues   polysynthétiques,   prenons   l’exemple   du   yupic,   une   langue parlée par les Inuits en Alaska et à l’extrémité de la Sibérie orientale.
Il veut acquérir un grand bateau.
angya = ‘bateau’ 
ghlla = ‘grand’
 yug = ‘vouloir’
ng  = ‘acquérir’
tuq = ‘lui’, ‘il’
La   catégorie   des   langues   polysynthétiques   reste   controversée   à   l'heure   actuelle.    En   effet,   il   est   difficile d’évaluer   la   longueur   d’un   mot   et   par   extension,   le   degré   d’agglutination   lorsque   les   langues   étudiées   sont   orales   et par conséquent, ne possèdent pas de traduction écrite.
Le Saviez-vous? Il n’existe aucune langue qui est 100% isolante, 100% agglutinante ou 100% flexionnelle. Il s’agit plutôt d’une tendance définie selon les caractères dominants.
E.J.
angya
ghlla
ng
yug
tuq
le = article du masculin
  cheval = ‘cheval’
cheval
le
le
s
cheval
s
chevaux
ev
ev
ev
ev
ev
ev
ev
ev
ler
im
im
im
ler
de
chī
fàn
le
ch ī
fàn
wǒ
wǒ
J’ai mangé le repas.
im
L’image des dés est libre de droit et publiée sous licence Creative Commons CC0. Elle provient du site Pixabay.
La Boîte à Saussure
La Boîte à Saussure
© 2019 La Boîte à Saussure

Les frères Schlegel et le comparatisme Comme    nous    l’avons    indiqué    dans    notre    précédent article ,   l’Homme   a   toujours   aimé   nommer,   décrire   et   classer   les éléments     qui     l’entourent.     Cette     soif     de     classement     s’est particulièrement     manifestée     au     XIXème     siècle     avec     la naissance   d’un   mouvement   entièrement   dédié   à   la   comparaison :     le     comparatisme .     Le     comparatisme      (ou     linguistique comparée )   est   un   courant   qui,   comme   son   nom   l’indique,   est basé   sur   la   comparaison   des   langues   entre   elles .   Or,   qui   dit comparaison,   dit   classement   et   donc   apparition   des   premières typologies des langues !
Typologie linguistique ou comment s’initier à la mécanique des langues?
Dans   un   précédent   article ,   nous   avions   décrit   ce   qu’est une   typologie   et   à   quoi   cela   pouvait   bien   servir.   Le   temps   est venu   à   présent   d’enfiler   notre   bleu   de   travail,   prendre   notre   clé   à mollette,    d’ouvrir    le    capot    et    démonter    le    moteur    de    notre communication   !   Mettons   nos   mains   dans   le   cambouis,   et   allons étudier     le     fonctionnement     des     langues     !     Et     pour     cela, intéressons-nous   à   une   des   typologies   des   langues   les   plus connues : celle des frères Schlegel.
La     typologie     des     frères     Schlegel:     comment classer les langues selon leur forme? 1.     Les     langues     isolantes:     un     mot     =     une information
Pour aller plus loin : -    Schlegel    (von)   August    Wilhem    (1818),    Observations    sur    la langue    et    la    littérature    provençale,    Librairie    grecque-latine- allemande, Paris. -   Hagège   Claude   (1982),   La   Structure   des   langues,   Que   sais- je?, Presses Universitaires de France, Paris.  - Et pour ceux qui maitrisent l’allemand: Schlegel   Friedrich   (1808),   Über   die   Sprache   und   Weisheit   der Indier, Mohr und Zimmer, Oxford University.
Friedrich von Schlegel (1772-1829) Portrait d’Adolf Hohneck.
August Wilhelm von Schlegel (1767-1845) Portrait de Josef Axmann (1829).
En   1808   puis   en   1818,   les   frères   Schlegel   proposent pour   la   première   fois   une   classification   des   langues .   Dans cette   typologie,   Friedrich   von   Schlegel    (1772-1829)   puis   son frère    August   Wilhelm   von   Schlegel   (1767-1845)   décident   de classer   les   langues   en   fonction   de   la   manière   dont   les   mots se   forment .   On   parle   alors   de   typologie   morphologique .   De cette   sorte,   les   frères   Schlegel   classent   les   langues   en   trois groupes   :   l es   langues   isolantes,   les   langues   agglutinantes   et les   langues   flexionnelles .   Un   quatrième   groupe   sera   ajouté plus   tard,   celui   des   l angues   polysynthétiques.    La   typologie des   frères   Schlegel   sera   par   la   suite   reprise   et   complétée   par différents   linguistes,   dont   August   Schleicher    (1821-1868).   Ce dernier   a   d’ailleurs   grandement   contribué   à   la   popularisation   de cette   typologie.   La   typologie   des   frères   Schlegel   sera   par   la suite    reprise    et    complétée    par    différents    linguistes ,    dont August     Schleicher     (1821-1868) .     Ce     dernier     a     d’ailleurs grandement contribué à la popularisation de cette typologie.
Exemple   de   langues   isolantes:    le   chinois,   le   vietnamien,   le birman, le tibétain, le thaî, etc.
Dans    une    langue    isolante    (ou    analytique ),    aucune modification    n’est    possible .    Chaque    mot    a    une    seule    et unique    écriture    et    cette    écriture    ne    change    jamais .    De même,    chaque    mot    exprime    un    seul    et    unique    sens .    Il n’existe     pas     d’accords     en     genre      (masculin/féminin),     en nombre    (singulier/pluriel)   et   encore   moins   de   conjugaison. C ontrairement     au     français,     la     grammaire     des     langues isolantes n’est pas visuellement facilement repérable .
Pour    mieux    visualiser    le    mécanisme    qui    anime    les langues isolantes, prenons l’exemple du chinois.
wǒ
ch ī
fàn
w ǒ = ‘moi’, ‘je’ chī = ‘manger’ fàn = ‘repas’
En   chinois,   lorsque   l’on   veut   écrire   la   phrase   «   Je   mange   le repas   » ,   on   utilise   trois   mots   (ou   caractères),   contre   quatre   mots en   français.   Imaginons   maintenant   que   nous   venons   de   finir   de manger   un   bon   repas.   Notre   phrase   va   alors   légèrement   se transformer   et   devenir   «   J’ai   mangé   le   repas   ».    Mais   comment allons-nous traduire cette phrase en chinois? Ne paniquons pas, inutile   de   se   jeter   sur   votre   livre   de   grammaire   chinoise   ni   sur vos   tableaux   de   conjugaison.   Rappelez-vous,   le   chinois   est   une langue    isolante    !    Par    conséquent,    il    ne    possède    pas    de conjugaison   ni   d’accords   grammaticaux   visibles   !   Il   n’est   donc pas   possible,   contrairement   au   français,   de   modifier   l’écriture   du verbe   pour   indiquer   que   le   temps   change:   je    mang e   ( présent ) →      j’ai   mang é   ( passé ) .   Dans   les   langues   isolantes,   un   mot correspond   à   une   information.   Le   passé   sera   donc   indiqué   à l’aide   d’un   mot   supplémentaire,   comme   le   montre   l’exemple   ci- dessous.
Je mange le repas.
  了
wǒ
chī
fàn
le
J’ai mangé le repas.
w ǒ = ‘moi’, ‘je’ chī = ‘manger’ fàn = ‘repas’ le = ‘finir’, particule de l’accompli
En   chinois,   on   n’ajoute   pas   un   mot   uniquement   lorsque l’on   veut   indiquer   le   temps.   Bien   au   contraire!   Par   exemple,   la même   technique   est   utilisée   lorsqu’on   veut   préciser   que   l’on   a affaire   à   plusieurs   objets.   Contrairement   au   français,   l’ajout   de   la lettre   -s   en   fin   de   mot   n’existe   pas   ( un   arbre   →   des   arbre s ).   De même,   il   est   impossible   de   rajouter   des   lettres   à   un   mot   pour   en créer   un   nouveau   de   la   même   famille   ( venir   →   re venir,   maison →      maison nette ).    Ainsi,   dans   les   langues   isolantes,   rien   ne bouge,   rien   ne   se   transforme!   Chaque   mot   est   isolé   de   ses collègues et est situé à un emplacement bien précis.
Avez-vous   bien   compris   le   fonctionnement   des   langues isolantes?   Venez   tester   votre   connaissance   du   chinois   en cliquant sur le titre ou les dés à gauche.
Le Saviez-vous? En   Sciences   du   langage,   on   indique   le   sens   d’un   mot   entre deux apostrophes ‘…’ Attention,    les    langues    isolantes    ne    sont    pas    plus faciles   à   apprendre   que   les   autres   types   de   langues   ! Certes,    contrairement    au    français,    il    n’y    a    pas    de conjugaison   ni   d’accords   de   grammaire   à   apprendre. Toutefois,   d’autres   éléments   tels   que   l’ordre   des   mots, le   contexte,   les   nuances   de   tons   de   la   voix   ou   tout simplement   l’utilisation   d’une   grande   variété   de   mots rendent    les    langues    isolantes    aussi    complexes    à apprendre que n’importe quelle autre langue.
2.   Les   langues   agglutinantes:   les   reines   des affixes
le = ‘finir’, particule de l’accompli
Dans    une    langue    agglutinante,    on    regroupe,    on colle,   on   assemble,   on   agglomère…bref   on   agglutine    !   Le fonctionnement     est     donc     très     différent     des     langues isolantes   puisqu’il   n’y   a   pas   un   seul   et   unique   mot   pour   une seule et unique information. Afin    de    comprendre    le    mode    d’emploi    des    langues agglutinantes, prenons l’exemple du turc:
Exemple   de   langues   agglutinantes:    le   hongrois,   le   japonais, les    langues    bantoues,    le    finnois,    le    turc,    le    mongol, l’estonien, le coréen, etc.
ev
ev = ‘maison’     ev ler  = ‘maison’ + ‘pluriel’
les maisons
ev = ‘maison’             ev im   =     ‘maison’     + ‘ma’
ma maison
ev
ev = ‘maison’     ev ler im          = ‘maisons’       + ‘pluriel’ + ‘ma’
ev
ev = ‘maison‘             ev im de    = ‘maison’     +     ‘ma’     + ‘dans,    à    l’intérieur de’
En   turc,   le   but   du   jeu   consiste   à   choisir   une   première   brique de    départ     ( ev    =    ‘maison’ ).    Par    la    suite,    une    fois    le    choix effectué,   il   suffit   de   sortir   une   truelle,   un   peu   de   ciment   et   de coller     d’autres     briquettes     (plus     communément     appelées affixes )    à    la    brique    de    départ    afin    d’ajouter    plus    de précisions    ( ler     pour    indiquer    le    pluriel ,    im     pour    le    pronom possessif    ‘ma’,   etc).    Le    tout    permet    alors    d’obtenir    de    jolies constructions   telles   que   les   mots   evl er    (=   ‘les   maisons’)   ou   ev im   (= ma maison) . Attention,   les   affixes    ou   les   petites   briquettes   sont   en   réalité des    petits    bouts    de    mots    que    l’on    ne    peut    pas    fixer n’importe   où   sur   le   mot   de   départ .   En   effet,   les   affixes   se collent    soit    au    début    du    mot    (on    parle    alors    de    préfixes: possible →   im possible ),   soit   en   fin   de   mot   (on   parle   alors   de suffixes: maison →  maison nette ). Ainsi,     dans     les     langues     agglutinantes,     tout     est question     d’affixes,     de     découpage     et     de     collage     !   Contrairement   aux   langues   isolantes,   il   n’y   a   pas   un   mot   par information    (‘ maison’    +   beaucoup’ )   mais   un   seul   mot   avec plusieurs   informations   qui   se   traduisent   par   l’ajout   d’un   ou plusieurs   affixes    ( ev ler   =   ‘les   maisons’) .   Les   affixes   peuvent apporter    un    grand    nombre    de    précisions    dont    le    sujet    des verbes, le temps ou le nombre d’objets dont on parle. Les   langues   agglutinantes   sont   certes   les   championnes du   monde   des   affixes   mais   attention,   restons   vigilant!   Tous   les coups   ne   sont   pas   permis    et   l’ajout   d’affixes   reste   contraint par    certaines    règles    de    grammaire .    Un    affixe    ne    peut exprimer   qu’une   seule   et   unique   information   à   la   fois   et   sa forme   restera   toujours   la   même   quel   que   soit   le   mot   de départ.     Contrairement    au    français,    i l    est    donc    impossible d’avoir   plusieurs   affixes   qui   indiqueraient   tous   les   deux   le pluriel   ( un   arbre   →   des   arbre s ,   un   hibou→   des   hibou x ).   De même,    le     mot    de    départ    est    fixe    et    ne    change    par conséquent    jamais    d’écriture .    Contrairement    au    français, nous   ne   pourrons   donc   pas   trouver   des   transformations   telles que:   un   travail→   des   trav aux    ou   un   oeil→   des   yeux ).   Enfin, dans    les    langues    agglutinantes,    t outes    les    informations grammaticales   sont   rassemblées   dans   un   seul   mot.   Cela permet   notamment   d’acoller   beaucoup   d’affixes   aux   mots de   base .   Hors   des   affixes,   i l   n’existe   pas   de   préposition   ( à , sur ,     etc),     de     pronoms     ( je,     tu,     etc),     d’articles     ou     de déterminants   ( un,   une,   les ,   etc).   Ainsi,   une   phrase   comme   Je ne sais pas  s’écrira en un seul mot en turc: bilmiyorum .
Avez-vous    bien    compris    le    fonctionnement    des langues    agglutinantes?    Épatez    votre    entourage ou     partez     tout     simplement     en     voyage     en découvrant la langue quechua !
3.   Les   langues   flexionnelles:   les   langues   qui fusionnent.
ev
ler
ev ler  = ‘maison’ + ‘pluriel’
ev
ev im  = ‘maison’ + ‘ma’
ev
im
ev
mes maisons
im
ler
ev ler im  = ‘maisons’ + ‘pluriel’ + ‘ma’
ev
im
de
evimde = ‘maison’ + ‘ma’ + ‘dans, à l’intérieur de’
dans ma maison
Les    langues    flexionnelles    partagent    un    point    commun avec   les   langues   agglutinantes:   tout   commence   par   un   mot   de départ .   Toutefois,    cette    ressemblance    ne    suffit    pas    pour    les ranger   dans   la   même   catégorie.   En   effet,   dans   les   langues flexionnelles,   on   ne   colle   pas   des   affixes   au   mot   de   départ mais on les fusionne . Pour     mieux     visualiser     la     différence     entre     langues agglutinantes    et    langues    flexionnelles,    prenons    l’exemple    du français.
Exemple   de   langues   flexionnelles:    le   français,   le   latin,   le russe, l’allemand, l’espagnol, l’anglais, l’arabe, etc.
le
le = article du masculin
  cheval = ‘cheval’
cheval
le
les = article du masculin + pluriel
s
cheval
chevaux
cheval = ‘cheval’
En   français,   dans   une   grande   partie   des   cas,   lorsque   l’on   veut indiquer   qu’on   a   affaire   à   plusieurs   objets,   on   ajoute   la   lettre   s ( un   arbre   →   des   arbre s ).   Cependant,   des   exceptions   existent. Par   exemple,   lorsque   le   mot   se   termine   par   les   lettres   - al ,   la règle est différente ( un chev al → des chev aux) . Il    est    impossible    de    représenter    le    fonctionnement    du français   en   emboîtant   des   pièces   comme   dans   un   puzzle, ainsi   que   nous   avons   pu   le   faire   avec   le   turc .   Mais,   «   pourquoi donc ? », me direz-vous. Et   bien,   tout   simplement   parce   que   l a   limite   qui   résulte   du collage   des   pièces    indiquant   le   pluriel   ( cheval   et   - s )   est   floue et   difficilement   repérable.   Ici,   nous   n’avons   pas   à   coller   les deux   pièces   mais   nous   devons   les   fusionner    !   Lors   de   la fusion,   une   réaction   chimique   se   produit   et   transforme   le mot   de   départ   ( cheval )   en   changeant   sa   forme    ( cheval    s      chev aux ). Bref ,    dans    les    langues    flexionnelles,    ça    bouge,    ça    se fusionne   et   ça   se   transforme   !   Les   mots   peuvent   changer leur   forme   selon   le   sens   qu’ils   expriment   ou   les   relations grammaticales   qu’ils   entretiennent   entre   eux    (le   pluriel,   le féminin ou le cas pour le latin par exemple). Un   autre   élément   important   permet   de   départager   les langues    agglutinantes    des    langues    flexionnelles.    Dans    les langues     flexionnelles,     un     même     affixe     peut     exprimer différentes   choses   à   la   fois .   Or,   cela   n’est   absolument   pas envisageable dans les langues agglutinantes ! Reprenons   l’exemple   de   la   lettre   s .   Nous   venons   de   voir   que l’ajout   de   la   lettre   s   permet   d’indiquer   qu’on   a   affaire   à   plusieurs objets.    Mais    elle    est    également    utilisée    dans    de    nombreux autres cas: la 2ème personne du singulier au présent ( tu chante s ) . la   1ère   personne   du   singulier   dans   les   verbes   du   2ème groupe au présent ( je fai s ). De    même,    l’affixe    - ez    peut    indiquer    au    présent    la    2ème personne   du   pluriel   ( vous   chant ez )   mais   aussi   le   vouvoiement d’une   personne   ( Vous   reprendr ez    bien   du   cassoulet? )   et   donc une marque de respect. Ainsi,   dans   les   langues   flexionnelles,   un   sens   ou   une   fonction n’est   pas   forcément   associé   à   un   seul   et   unique   affixe.   Cette alternance   et   cette   variété   de   formes   différentes   appliquées   à chaque   mot   rend   souvent   les   règles   de   conjugaison,   d’accords ou de déclinaisons complexes dans ce type de langues.
4. Les langues polysynthétiques
s
Exemple    de    langues    polysynthétiques:     le    yupic    (langue inuite    de    Sibérie    et    d’Alaska),    l’inupiak-nuktitut    (langue inuite   parlée   de   l’Alaska   au   Groenland)   ,   le   piwi   (langue aborigène d’Australie), etc.
La     catégorie     des     langues     polysynthétiques     (ou   incorporantes)   ne   faisait   pas   partie   de   la   typologie   initiale proposée     par     les     frères     Schlegel .     Mais,     elles     ont     été rajoutées par la suite en 1849 par August Friedrich Pott. Les     langues     polysynthétiques     sont     des     langues     qui utilisent   de   façon   extrême   l’agglutination .   O n   aurait   très   bien pu   classer   ces   langues   parmi   les   langues   agglutinantes   mais certains    chercheurs    préfèrent    les    classer    dans    une    autre catégorie.   En   effet,   le   nombre   d’affixes   collés   y   est   tellement élevé   que   l'équivalent   d'une   phrase   se   résume   en   un   seul mot . Afin     d’avoir     une     vision     plus     précise     des     langues polysynthétiques,    prenons    l’exemple    du    yupic,    une    langue parlée   par   les   Inuits   en   Alaska   et   à   l’extrémité   de   la   Sibérie orientale.
angya
ghlla
ng
yug
tuq
angya = ‘bateau’ 
ghlla = ‘grand’
ng  = ‘acquérir’
 yug = ‘vouloir’
tuq = ‘lui’, ‘il’
Il veut acquérir un grand bateau.
La    catégorie    des    langues    polysynthétiques    reste controversée    à    l'heure    actuelle.     En    effet,    il    est    difficile d’évaluer    la    longueur    d’un    mot    et    par    extension,    le    degré d’agglutination   lorsque   les   langues   étudiées   sont   orales   et   par conséquent, ne possèdent pas de traduction écrite.
Le Saviez-vous? Il n’existe aucune langue qui est 100% isolante, 100% agglutinante ou 100% flexionnelle. Il s’agit plutôt d’une tendance définie selon les caractères dominants.
E.J.
L’image des dés est libre de droit et publiée sous licence Creative Commons CC0. Elle provient du site Pixabay.