Créer    une    typologie    consiste    à    classer    des    éléments    (objets, animaux,    langues,    etc)    en    fonction    de    caractéristiques    communes.    À première    vue,    cet    exercice    peut    paraître    plutôt    simple    sur    le    papier    mais attention...   Quiconque   s'étant   déjà   confronté   à   la   construction   d’une   typologie pourra   témoigner   des   difficultés   et   autres   interrogations   que   peut   susciter   cette tâche.   Ainsi,   il   est   nécessaire   d'agir   avec   méthode   et   de   procéder   étape   par étape pour ne pas se perdre dans son classement. Prenons un exemple concret et essayons maintenant d'effectuer une typologie des animaux.
Au   fil   de   son   histoire,   l'Homme   n'a   cessé   d'étudier,   de   nommer   et   de   décrire   les   éléments   qui   l'entourent. Avec patience   et   méthode,   il   a   classé   les   animaux   en   fonction   de   leur   apparence   (poils,   plumes,   etc),   de   leur   alimentation (carnivore,   herbivore,   etc)   ou   encore   de   leur   mode   de   déplacement   (marche,   nage,   etc).   Mais   il   ne   s'est   pas   arrêté   là, puisqu'il   s'est   aussi   intéressé   aux   différents   types   d'architecture,   de   littérature   et   a   même   tenté   de   classer   les différents   comportements   humains.   Alors   qu'en   est-il   pour   les   langues ?   Cette   soif   de   découverte   et   de   classement s'est t-elle emparée des Sciences du Langage ? Typologie ou comment classer les langues?
La Boîte à Saussure
La Boîte à Saussure
© 2018 La Boîte à Saussure
Typologie des langues (ou typologie linguistique)

Mais concrètement, à quoi ça sert? Alors,   c'est   bien   beau   toute   cette   jolie   théorie   mais   concrètement,   à   quoi   ça   sert   de   faire   des   typologies linguistiques?   Et   bien,   tout   d'abord,   cela   permet   de   mieux   comprendre   comment   fonctionnent   les   langues   en   général (structure   des   phrases,   place   des   mots,   etc).   Lorsque   l'on   prépare   un   gâteau,   il   est   plus   facile   de   le   réussir   si   l'on connaît   sa   recette.   Le   principe   est   le   même   pour   les   langues.   Il   est   plus   simple   d'utiliser   une   langue   lorsque   l'on comprend comment elle fonctionne. La   typologie   linguistique   est   une   discipline   très   présente   à   l'heure   actuelle   dans   les   Sciences   du   langage. Grâce   aux   avancées   numériques,   d’énormes   bases   de   données   ont   pu   être   créées   ces   dernières   années.   Ces   bases de   données   regroupent   plusieurs   centaines   de   langues   différentes   et   permettent   d'effectuer   des   typologies   à   grande échelle en ayant recours à des analyses statistiques ou des analyses plus qualitatives. Mais   il   n'y   a   pas   que   dans   la   recherche   que   la   typologie   est   utile.   On   peut   aussi   s’en   servir   au   quotidien. Pensons   par   exemple   aux   ingénieurs   qui   travaillent   sur   les   interfaces   homme/machine,   les   traducteurs   ou   les professeurs   de   langues.   En   effet,   connaître   le   fonctionnement   et   les   différences   entre   les   langues   permet   de   mieux les   appréhender   en   général   et   par   conséquent   de   mieux   les   traduire   ou   les   retranscrire   informatiquement.   Cela permet   également   de   mieux   comprendre   la   logique   des   erreurs   que   les   personnes   de   langue   étrangère   peuvent effectuer. E.J.
Exemple   n°1 :    Avant   de   commencer,   il   est   important   de   bien   DÉFINIR   et   DÉ-LI-MI-TER   SES   CRITÈRES DE   CLASSEMENT.    Nous   allons   donc   retenir   un   seul   et   unique   critère   pertinent    (ou   caractéristique )   pour classer   nos   animaux.   Nous   choisissons   dans   un   premier   temps   le   mode   de   déplacement.   Par   conséquent, nous   allons   ignorer   et   éliminer   toutes   les   autres   caractéristiques   telles   que   le   pelage,   l'alimentation   ou   la   taille. De cette façon, nous pouvons alors distinguer quatre groupes : Bon,   jusque   là,   avouons-le,   c'était   facile !   Mais   si   on   cherche   à   classer   un   animal   tel   que   le   canard   ça   se complique... Et oui, où ranger cet animal qui nage, marche et en plus vole... ? Mystère, mystère.... Exemple   n°2 :    Essayons   maintenant   de   classer   les   animaux   en   fonction   de   leur   alimentation.   Le   critère   choisi n’est   plus   le   même   que   celui   retenu   dans   l'exemple   n°1.   Notre   typologie   sera   donc   différente   et   comportera forcément de nouveaux groupes. Nous pouvons alors créer trois autres groupes :
Les animaux qui marchent: chien, chat, éléphant, vache, ours, etc.
Les animaux qui nagent: poisson, dauphin, baleine, etc.
Les animaux qui volent: hirondelle, aigle, moineau, pigeon, canard, etc.
Les animaux qui rampent: lézard, serpent, limace, escragot, etc.
Comme   le   montre   le   jeu   de   couleurs   dans   les   deux   schémas   ci-dessus,   selon   le   critère   choisi   (le   mode   de déplacement   ou   l’alimentation),   deux   animaux   peuvent   se   retrouver   dans   un   même   groupe   ou   pas   (par   exemple l’ours    et   la   vache ).   Enfin,   autre   élément   important,   si   deux   animaux   partagent   une   même   caractéristique,   cela   ne   veut pas   dire   pour   autant   qu'ils   sont   apparentés   génétiquement.   À   ma   connaissance   la   limace   et   l’éléphant   n’ont   pas grand-chose   en   commun   côté   gènes...   Ainsi,   il   faut   donc   faire   très   attention   à   ne   pas   confondre   typologie   et parenté   génétique !    En   typologie,   on   s'intéresse   uniquement   à   la   structure   et   au   fonctionnement   (et   non   à   la génétique). Et   pour   les   langues   alors,   qu'en   est-il ?    Et   bien,   la   méthode   de   classement   est   la   même   que   celle   que   nous venons   d'appliquer   aux   animaux.   Seuls   les   critères   sélectionnés   changent.   Il   faut   cependant   faire   attention   à   un élément   important !   Les   langues   sont   en   perpétuelle   évolution   et   sont   des   objets   plus   abstraits   que   les animaux.   Il   est   donc   encore   plus   difficile   de   les   ranger   dans   des   cases   et   de   leur   coller   des   étiquettes   fixes. Voici à présent une revue des critères qui peuvent être utilisés pour classer les langues : 1 . des    critères    phonologiques :     comparaison    du    nombre    de    sons    présents    dans    telle    ou    telle    langue, organisation des sons entre eux, etc. 2 . des   critères   morphologiques :   comment   le   pluriel   ou   le   temps   sont   indiqués   dans   telle   ou   telle   langue ?, comment les mots sont-ils construits ?, etc. 3 . des   critères   lexicaux   et/ou   sémantiques :    existe-t-il   des   synonymes   (=   mots   qui   ont   le   même   sens   mais   une écriture   différente)   ou   des   homonymes   (=   mots   qui   ont   la   même   écriture   mais   pas   le   même   sens)   dans   toutes les   langues ?   Comment   les   couleurs   sont-elles   nommées   dans   les   différentes   langues ?   Selon   les   langues,   n’y a-t-il qu'un seul mot pour désigner la couleur rouge ou y en a-t-il plusieurs ?, etc. 4 . des critères syntaxiques : comparaison de l'ordre dans lequel les mots sont rangés, etc.
Les animaux qui mangent de la viande (carnivores): chien, aigle, dauphin, etc.
Les animaux qui mangent des végétaux (herbivores): vache, limace, éléphant, etc.
Les animaux qui mangent viande et végétaux (omnivores): ours, canard, etc.
Attention à la confusion entre typologie des langues et parenté génétique des langues !
TYPOLOGIE DES LANGUES
PARENTÉ GÉNÉTIQUE
Approche descriptive.
On   prend   un   critère   de   sélection   (nombre   de sons,   formes   des   mots,   etc)   et   on   essaye   de faire     un     classement     sans     se     soucier     de l'appartenance   historique   ou   de   la   généalogie des langues . On classe en types de langue  et non en famille.
Exemple  :   Les   langues   bantoues,   le   japonais   et le     hongrois     partagent     des     caractéristiques morphologiques    communes.    Cependant,    ces langues    ne    font    pas    parties    du    même    arbre généalogique.
Approche historique.
On    cherche    à    établir    une    généalogie    et    une origine    commune.    On    cherche    à    former    des familles   de   langues    avec   des   langues   mères   et des langues soeurs .
Exemple  :   Le   français   fait   partie   de   la   famille des     langues     romanes     avec     l'espagnol,     le portugais,     le     roumain     et     l'italien.     Il     fait également    partie    de    la    famille    des    langues indo-européennes.
Une   typologie   des   langues   peut   permettre   d'établir   une   généalogie   mais   cela   n'est   en   aucun   cas   son      but initial.
Pour aller plus loin : La suite dans le prochain article.
La Boîte à Saussure
La Boîte à Saussure
© 2018 La Boîte à Saussure

Typologie des langues (ou typologie linguistique)
Au   fil   de   son   histoire,   l'Homme   n'a   cessé   d'étudier,   de nommer    et    de    décrire    les    éléments    qui    l'entourent.    Avec patience   et   méthode,   il   a   classé   les   animaux   en   fonction   de   leur apparence   (poils,   plumes,   etc),   de   leur   alimentation   (carnivore, herbivore,    etc)    ou    encore    de    leur    mode    de    déplacement (marche,   nage,   etc).   Mais   il   ne   s'est   pas   arrêté   là,   puisqu'il   s'est aussi   intéressé   aux   différents   types   d'architecture,   de   littérature et    a    même    tenté    de    classer    les    différents    comportements humains.   Alors    qu'en    est-il    pour    les    langues ?    Cette    soif    de découverte   et   de   classement   s'est   t-elle   emparée   des   Sciences du Langage ? Typologie ou comment classer les langues?
Créer   une   typologie   consiste   à   classer   des   éléments (objets,       animaux,       langues,       etc)       en       fonction       de caractéristiques    communes.    À    première    vue,    cet    exercice peut    paraître    plutôt    simple    sur    le    papier    mais    attention... Quiconque    s'étant    déjà    confronté    à    la    construction    d’une typologie      pourra      témoigner      des      difficultés      et      autres interrogations    que    peut    susciter    cette    tâche.    Ainsi,    il    est nécessaire   d'agir   avec   méthode   et   de   procéder   étape   par étape pour ne pas se perdre dans son classement. Prenons un exemple concret et essayons maintenant d'effectuer une typologie des animaux.
Les animaux qui nagent: poisson, dauphin, baleine, etc.
Les animaux qui volent: hirondelle, aigle, moineau, pigeon, canard, etc.
Les animaux qui mangent de la viande (carnivores): chien, aigle, dauphin, etc.
Les animaux qui mangent des végétaux (herbivores): vache, limace, éléphant, etc.
Comme    le    montre    le    jeu    de    couleurs    dans    les    deux schémas     ci-dessus,     selon     le     critère     choisi     (le     mode     de déplacement    ou    l’alimentation),    deux    animaux    peuvent    se retrouver   dans   un   même   groupe   ou   pas   (par   exemple   l’ours    et   la vache ).    Enfin,    autre    élément    important,    si    deux    animaux partagent   une   même   caractéristique,   cela   ne   veut   pas   dire   pour autant      qu'ils      sont      apparentés      génétiquement.      À      ma connaissance   la   limace   et   l’éléphant   n’ont   pas   grand-chose   en commun   côté   gènes...   Ainsi,   il   faut   donc   faire   très   attention   à ne    pas    confondre    typologie    et    parenté    génétique !     En typologie,   on   s'intéresse   uniquement   à   la   structure   et   au fonctionnement (et non à la génétique). Et   pour   les   langues   alors,   qu'en   est-il ?    Et   bien,   la méthode   de   classement   est   la   même   que   celle   que   nous   venons d'appliquer     aux     animaux.     Seuls     les     critères     sélectionnés changent.    Il    faut    cependant    faire    attention    à    un    élément important !   Les   langues   sont   en   perpétuelle   évolution   et   sont des    objets    plus    abstraits    que    les    animaux.    Il    est    donc encore   plus   difficile   de   les   ranger   dans   des   cases   et   de   leur coller   des   étiquettes   fixes.   Voici   à   présent   une   revue   des critères qui peuvent être utilisés pour classer les langues : 1 . des   critères   phonologiques :    comparaison   du   nombre de   sons   présents   dans   telle   ou   telle   langue,   organisation des sons entre eux, etc. 2 . des   critères   morphologiques :   comment   le   pluriel   ou   le temps     sont     indiqués     dans     telle     ou     telle     langue ?, comment les mots sont-ils construits ?, etc. 3 . des    critères    lexicaux    et/ou    sémantiques :     existe-t-il des   synonymes   (=   mots   qui   ont   le   même   sens   mais   une écriture   différente)   ou   des   homonymes   (=   mots   qui   ont   la même   écriture   mais   pas   le   même   sens)   dans   toutes   les langues ?    Comment    les    couleurs    sont-elles    nommées dans   les   différentes   langues ?   Selon   les   langues,   n’y   a-t-il qu'un   seul   mot   pour   désigner   la   couleur   rouge   ou   y   en   a- t-il plusieurs ?, etc. 4 . des   critères   syntaxiques :   comparaison   de   l'ordre   dans lequel les mots sont rangés, etc.
Approche descriptive.
On    prend    un    critère    de sélection      (nombre      de sons,    formes    des    mots, etc)   et   on   essaye   de   faire un    classement    sans    se soucier                            de l   '   a   p   p   a   r   t   e   n   a   n   c   e     historique      ou      de      la généalogie des langues . On    classe    en    types    de langue  et non en famille.
Exemple  :     Les     langues bantoues,   le   japonais   et le      hongrois      partagent des           caractéristiques m   o   r   p   h   o   l   o   g   i   q   u   e   s     communes.     Cependant, ces   langues   ne   font   pas parties    du    même    arbre généalogique.
Une     typologie     des     langues     peut     permettre     d'établir     une généalogie mais cela n'est en aucun cas son  but initial.
Mais concrètement, à quoi ça sert? Alors,    c'est    bien    beau    toute    cette    jolie    théorie    mais concrètement,     à     quoi     ça     sert     de     faire     des     typologies linguistiques?    Et    bien,    tout    d'abord,    cela    permet    de    mieux comprendre    comment    fonctionnent    les    langues    en    général (structure    des    phrases,    place    des    mots,    etc).    Lorsque    l'on prépare   un   gâteau,   il   est   plus   facile   de   le   réussir   si   l'on   connaît sa   recette.   Le   principe   est   le   même   pour   les   langues.   Il   est   plus simple   d'utiliser   une   langue   lorsque   l'on   comprend   comment   elle fonctionne. La   typologie   linguistique   est   une   discipline   très   présente à   l'heure   actuelle   dans   les   Sciences   du   langage.   Grâce   aux avancées numériques, d’énormes bases de données ont pu être créées     ces     dernières     années.     Ces     bases     de     données regroupent     plusieurs     centaines     de     langues     différentes     et permettent   d'effectuer   des   typologies   à   grande   échelle   en   ayant recours    à    des    analyses    statistiques    ou    des    analyses    plus qualitatives. Mais   il   n'y   a   pas   que   dans   la   recherche   que   la   typologie est   utile.   On   peut   aussi   s’en   servir   au   quotidien.   Pensons   par exemple     aux     ingénieurs     qui     travaillent     sur     les     interfaces homme/machine,   les   traducteurs   ou   les   professeurs   de   langues. En   effet,   connaître   le   fonctionnement   et   les   différences   entre   les langues   permet   de   mieux   les   appréhender   en   général   et   par conséquent     de     mieux     les     traduire     ou     les     retranscrire informatiquement.      Cela      permet      également      de      mieux comprendre   la   logique   des   erreurs   que   les   personnes   de   langue étrangère peuvent effectuer. E.J.
Pour aller plus loin : La suite dans le prochain article.
Les animaux qui rampent: lézard, serpent, limace, escragot, etc.
Les animaux qui marchent: chien, chat, éléphant, vache, ours, etc.
Exemple   n°1 :    Avant   de   commencer,   il   est   important   de bien    DÉFINIR    et    DÉ-LI-MI-TER    SES    CRITÈRES    DE CLASSEMENT.     Nous    allons    donc    retenir    un    seul    et unique    critère    pertinent     (ou    caractéristique )    pour classer   nos   animaux.   Nous   choisissons   dans   un   premier temps   le   mode   de   déplacement.   Par   conséquent,   nous allons       ignorer       et       éliminer       toutes       les       autres caractéristiques   telles   que   le   pelage,   l'alimentation   ou   la taille.    De    cette    façon,    nous    pouvons    alors    distinguer quatre groupes : Bon,    jusque    là,    avouons-le,    c'était    facile !    Mais    si    on cherche    à    classer    un    animal    tel    que    le    canard    ça    se complique...    Et    oui,    où    ranger    cet    animal    qui    nage, marche et en plus vole... ? Mystère, mystère.... Exemple    n°2 :     Essayons    maintenant    de    classer    les animaux   en   fonction   de   leur   alimentation.   Le   critère   choisi n’est   plus   le   même   que   celui   retenu   dans   l'exemple   n°1. Notre     typologie     sera     donc     différente     et     comportera forcément    de    nouveaux    groupes.    Nous    pouvons    alors créer trois autres groupes :
Les animaux qui mangent viande et végétaux (omnivores): ours, canard, etc.
Attention à la confusion entre typologie des langues et parenté génétique des langues !
TYPOLOGIE DES LANGUES
PARENTÉ GÉNÉTIQUE
Approche historique.
On   cherche   à   établir   une généalogie   et   une   origine commune.   On   cherche   à former    des    familles    de langues          avec         des langues     mères     et     des langues soeurs .
Exemple  :   Le   français   fait partie    de    la    famille    des langues     romanes     avec l'espagnol,    le    portugais, le   roumain   et   l'italien.   Il fait    également    partie    de la     famille     des     langues indo-européennes.