Pour   mieux   comprendre   la   différence   entre   phonétique   et   phonologie,   prenons   un   exemple   fictif   et   puisque c’est lui la vedette, revenons donc à notre cher Mike Brant.
La   phonétique   et   la   phonologie   sont   proches   et   complémentaires.   En   effet,   elles s'intéressent   toutes   les   deux   aux   sons   du   langage .   Ces   disciplines   occupent   une   place fondamentale    puisqu'elles    font    partie    des    six    principaux    domaines    d'analyse    des Sciences   du   langage   ( cf.   Les   Sciences   du   langage:   Mais   de   quoi   s'agit-il? ).   De   plus, n’oublions   pas   qu’en   dépit   d’une   forte   présence   de   l'écrit   dans   notre   vie   quotidienne,   le langage   humain   reste   avant   tout   un   moyen   de   communication   sonore   et   oral.   Lorsque nous   participons   à   une   discussion,   nous   parlons   tout   en   écoutant   à   la   fois.   L'étude   des sons   est   donc    capitale   si   l'on   veut   comprendre   comment   fonctionne   le   langage   et   la communication   entre   les   êtres   humains.   Mais   si   ces   deux   disciplines   sont   proches, comment   les   distinguer   l'une   de   l'autre   ?   Dans   les   années   1930,   Nikolaï   Troubetskoï (1890-1938) ,   Roman   Jakobson    (1896-1982)   et   leurs   confrères   du   Cercle   linguistique de    Prague     ont    développé    une    théorie    permettant    de    différencier    officiellement phonétique   et   phonologie.   L'apport   de   cette   distinction   va   marquer   un   tournant   dans l'étude des sons et dans l'histoire de la phonologie. De la phonétique à la phonologie
N’est-il   pas   étonnant   que   Mike   Brant,   au   même   titre   que   monsieur   Jourdain   de   Molière,   ait   pratiqué   les Sciences   du   langage   sans   le   savoir   ?   Ne   parlant   que   l'hébreu   et   l'anglais,   le   jeune   chanteur   a   commencé   sa   carrière en   France   en   interprétant   ses   chansons   en   phonétique.   Et   rien   n'est   plus   compliqué   que   de   prononcer   et   d'assembler les   sons   d'une   langue   dont   on   ne   comprend   pas   le   moindre   mot.   Lors   de   la   confection   de   son   premier   45   tours,   Mike Brant   aurait   mis   260   prises   pour   enregistrer   son   titre   «   Laisse-moi   t'aimer   »   et   sa   face   B   associée.   Profitons   donc   de cet intermède musical pour parler phonétique et phonologie ! Nikolaï Troubetskoï , Roman Jakobson et le Cercle linguistique de Prague
La Boîte à Saussure
La Boîte à Saussure
© 2019 La Boîte à Saussure
Phonétique - phonologie

Mike Brant, Laisse-moi t’aimer - Émission Cadet Rousselle (1973), Archive INA (http://www.ina.fr/)
Afin   de   conquérir   et   charmer   le   public   français,   notre   ami   Mike   Brant se   doit   d’enregistrer   le   titre   « Laisse-moi   t'aimer »   en   français.   Cependant, un    problème    se    pose....    Mike    ne    parle    ni    ne    comprend    la    langue    de Molière.   Imaginons   alors   que   son   producteur   lui   conseille   d'écouter   une cinquantaine   de   chansons   célèbres   afin   qu'il   se   familiarise   avec   la   langue française.   Le   jeune   chanteur   rentre   chez   lui   et   commence   à   écouter   les chansons,   un   cahier   à   la   main. Au   fur   et   à   mesure   des   couplets   et   refrains entendus,   Mike   relève   avec   application   les   différents   sons   qu'il   perçoit. Une   fois   l'écoute   terminée,   il   regarde   son   cahier   et   un   vertige   le   parcourt. Une   grande   partie   des   pages   est   griffonnée   et   révèle   une   très   grande variété   de   sons.   Un   sentiment   d'inquiétude   l'envahit   alors.   Comment   va-t-il faire   pour   s'y   retrouver   parmi   tous   ces   sons ?   Mike   prend   son   courage   à deux   mains   et   décide   de   retourner   chez   son   producteur   afin   de   lui   avouer ses   difficultés.   Après   un   bref   échange   de   salutations,   le   jeune   chanteur   lui expose   son   problème   et   lui   décrit   sa   perplexité.   Le   producteur   écoute attentivement   son   protégé   et   se   met   à   rire :   « Ah,   mais   Miky   mon   ami,   tu t'inquiètes   pour   rien !   Tu   as   repéré   beaucoup   de   sons   différents   mais   en réalité,   tu   n'en   auras   que   37   à   apprendre.   Tu   sais,   parmi   tout   ce   que   tu   as entendu,   il   y   a   des   chansons   d'époques   différentes.   Regarde,   Edith   Piaf   roule   les   R   mais   pas   Eddy   Mitchell .   Et   surtout,   tous   les   interprètes   ne viennent   pas   de   la   même   région !   En   bon   Toulousain,   Claude   Nougaro   prononce   tous   les A   sans   aucune   distinction   alors   que   Françoise   Hardy    fait la   différence   entre   le   ''   a   ''   de   amour   et   le   ''   â   ''   de   âge.   Mais   cela   ne   change en   rien   le   sens   et   la   bonne   compréhension   des   paroles. »   Soulagé   par cette    révélation    et    en    attendant    les    enregistrements    studio,    Mike    se concentrera    sur    les    seuls    sons    présents    dans    sa    chanson,    avant d’interpréter   avec   brio   cette   Ode   à   l’amour   qui   fera   par   la   suite   trembler tant de pommeaux de douche et d’oreilles de voisins excédés.
Ainsi,   en   relevant   tous   les   sons   qu'il   a   entendu,   Mike   Brant   a   fait   de   la   phonétique. Au   contraire,   en   conservant uniquement les 37 sons qui impactent le sens des mots en français, le producteur a fait de la phonologie. 1 . La phonétique : [mè kè ce que cè] a) Définition La   phonétique   désigne   l'étude   de   l'intégralité   des   sons   du   langage   humain .   Le   langage   étant   un   système organisé   où   chaque   élément   occupe   une   place   bien   précise,   les   bruits    ( bbrrrr,   pssschhhiitt )   et   par   extension   les sons   du   type   toux,   respiration,   bâillement   ou   raclement   de   gorge   ne   sont   pas   observés   en   phonétique    (même si   ces   éléments   servent   parfois   à   communiquer).   L’analyse   de   la   phonétique   d'une   langue   ou   des   propos   prononcés par   une   personne   consiste   donc   à   fournir   une   description   extrêmement   fine   et   détaillée   de   tous   les   sons   du langage   entendus ,   et   ce,   sans   se   soucier   si   ces   sons   influent   sur   le   sens   ou   non .   Par   conséquent,   il   n'est   pas nécessaire   de   parler   ou   comprendre   une   langue   pour   étudier   sa   phonétique.   Il   suffit   juste   d'être   attentif   et   surtout d'avoir une bonne oreille. Pour   effectuer   ce   travail   de   description,   un   outil   universel   est   utilisé :   l'Alphabet   Phonétique   International   (ou   API ).   C'est   grâce   à   cet   alphabet   que   le   phonéticien   peut   retranscrire   sur   le   papier   les   différents   sons   repérés. L'API   permet   de   représenter   chaque   son   par   un   symbole   donné,   et   ce   quelle   que   soit   la   langue .   Par   exemple, le son '' ch ''   est associé au symbole [ ʃ ]. Étant associé à un seul et unique son, ce symbole [ ʃ ] sera utilisé aussi bien dans   la   transcription   du   mot   français   ch at   que   dans   celle   du   mot   anglais   sh ort .   Il   faut   donc   avoir   conscience   que   ce n'est   pas   parce   que   deux   langues   sont   différentes   qu'on   ne   va   pas   y   retrouver   des   sons   identiques .   Au contraire, il est fréquent de retrouver certains sons dans un grand nombre de langues.
Exemple de transcription en API d’une phrase de Laisse-moi t’aimer de Mike Brant: «La feuille qui grandit a besoin de lumière [ la f œj ki gʁɑ̃di a bəzwɛ̃ də lymjɛʁ Et le poisson meurt sans l’eau de la rivière»  e l ə pwasɔ̃ mœʁ sɑ̃ lo də la ʁivjɛʁ ]
b) Les différents types de phonétique Il existe trois grands types de phonétique : la   phonétique   articulatoire   (production):    Cette   branche   de   la   phonétique   est   la   plus   ancienne.   Elle   étudie notamment   la   manière   dont   notre   corps   produit   des   sons   et   plus   particulièrement   le   fonctionnement des   cordes   vocales,   de   la   langue,   des   lèvres,   etc .   En   plus   de   l'étude   des   organes   de   la   parole    (ou   appareil phonatoire) , elle s'intéresse également à la production des sons . Exemple :   Pour   prononcer   le   son   ‘’   b    ‘’   en   français,   il   faut   fermer   les   lèvres,   sortir   un   peu   d'air   de   ses   poumons, faire vibrer ses cordes vocales et ensuite ré-ouvrir les lèvres. la    phonétique    acoustique    (transmission):    Elle    étudie    les    propriétés    physiques    des    sons    et    plus généralement,   par   quel   moyen   nous   arrivons   à   transmettre   des   sons .   En   phonétique   acoustique,   on observe   le   signal   sonore   de   la   parole,   on   analyse   des   spectrogrammes   et   on   parle   de   fréquences .   Des notions   de   physique   sont   essentielles   pour   pratiquer   ce   type   de   phonétique.   La   phonétique   acoustique   n’a   pu se   développer   qu'à   partir   de   la   fin   du   XIXème   siècle   et   cela   grâce   aux   avancées   technologiques. Auparavant,   il n’était   pas   possible   d'étudier   l'aspect   physique   des   sons   car   il   n’existait   tout   simplement   aucun   outil   permettant d'analyser les ondes sonores. Exemple:  Le son '' s ''  ( s a ) en français a une fréquence plus élevée que le son  ‘’ ch ‘’   ( ch at). la    phonétique    auditive    (perception):     Elle    s'intéresse    à    l'audition    des    sons    du    langage    et    plus généralement   à   la   façon   dont   nous   reconnaissons   puis   analysons   les   sons .   Elle   étudie   l'appareil   auditif et   le   décodage   des   sons   du   langage,   la   réception   et   le   traitement   des   ondes   sonores.    Enfin,   elle   tente   de comprendre comment l'oreille arrive à percevoir les sons. D'autres   types   de   phonétique   sont   souvent   cités   tels   que   la   phonétique   expérimentale .    Cette   dernière reprend   les   3   types   de   phonétique   cités   précédemment   et   leur   applique   une   utilisation   concrète,    comme   par exemple    la    production    artificielle    de    voix    et    la    reconnaissance    de    parole,    l’orthophonie,    les    prothèses auditives, etc. Enfin,   vous   avez   peut-être   déjà   entendu   parler   de   phonétique   instrumentale   ou   impressionniste .   Ces   termes     renvoient     à     deux     approches     méthodologiques     différentes.     Dans     l'approche     instrumentale,      les phonéticiens   utilisent   la   technologie   (spectrogrammes,   rayons   X,   motion   capture,   etc) .   À   l’opposé,   dans l ’approche     impressionniste,     aucune     technologie     n’est     utilisée     et     seule     l’intuition     personnelle     de l’expérimentateur   est   retenue .   Dans   un   monde   idéal,   il   faudrait   que   les   résultats   de   la   phonétique   impressionniste soient systématiquement confirmés par une étude instrumentale. Pour    terminer,    une    dernière    méthodologie    consiste    à    comparer    deux    langues    afin    d'observer    leurs ressemblances et leurs différences . On parle alors de phonétique comparée . 2 .  La phonologie : /mè kè ce que cè/
Nikolaï Troubetskoï (1890-1938)
Roman Jakobson (1896-1982)
Alors   que   la   phonétique   étudie   l'intégralité   des   sons   du   langage,   la   phonologie   s'intéresse,   quant   à   elle, uniquement   aux   sons   qui   impactent   le   sens .   Ainsi,   si   l'on   s'intéresse   au   son   ’   Rrr   ‘’ ,   on   ne   s'occupera   pas   des variantes   ‘’   R   roulé   avec   la   langue    ‘’   et   ‘’   R   roulé   avec   la   gorge    ‘’.   En   effet,   entre   Radis   et   RRRadis ,   le   sens   reste   le même.   La   phonétique   repère   et   décrit   les   caractéristiques   des   sons   avec   l'aide   parfois   d'appareils.   La   phonologie , elle,   tente   de   trouver   des   tendances   communes   à   tous   les   locuteurs   d'une   langue.   Elle   cherche   à   construire un   modèle   afin   de   mieux   comprendre   le   fonctionnement   des   langues .   Pendant   que   la   phonétique   tente   de retranscrire   ce   qui   a   été   réellement   dit,   la   phonologie,   elle,   tend   à   trouver   les   sons   qui   ont   une   fonction distinctive   dans   la   langue .   Quels   sons   peut-on   associer   et   combiner ?   De   quelle   manière?   Que   ne   peut-on   pas faire   sous   peine   de   changer   le   sens ?   Quels   sons   semblent   pertinents ?   En   phonologie,   on   s'intéresse   plus   aux sons en tant que système . Afin   de   différencier   les   sons   pertinents   des   variantes,   les   phonologues   ont   créé   la   notion   de   PHONÈMES .   Un phonème   désigne   la   plus   petite   unité   de   son   distinctive .   Chaque   phonème   possède   une   série   de   propriétés   qui le   distingue   d'un   autre   phonème .   Par   exemple,   /t/   et   /f/   sont   deux   phonèmes   différents   car   ils   peuvent   entraîner   un changement de sens ( t ête  / f ête ). En français, on comptabilise 37 phonèmes . Chaque   langue   a   son   propre   système   phonologique .   Ainsi,   un   phonème   dans   une   langue   ne   le   sera   pas forcément   dans   une   autre .   Par   exemple,   en   français,   les   sons   ‘’u’’    (/y/)    et   ‘’ ou’’   (/u/)    sont   considérés   comme   deux phonèmes   différents.   En   effet,   ils   peuvent   entraîner   un   changement   de   sens :   p u ll   -   p ou le   ( /pyl/    -   /pul/ ).   Mais   en italien,   l'utilisation   de   l'un   ou   de   l'autre   son   n’induit   aucun   changement   de   sens.   En   France,   chaque   individu   a   sa propre prononciation et sa propre phonétique (parole) mais nous avons tous la même phonologie (langue).
Le Saviez-vous? Pour distinguer les suites de sons des suites de lettres, on écrit toujours les transcriptions phonétiques entre crochets […]. S’il s’agit d’une transcription phonologique, on écrira les sons entre barre oblique /…/ . L’API utilise essentiellement des symboles issus des alphabets grecs et latins.
E.J.
Signaux acoustiques des sons ‘’s’’ et ‘’ch’’
Spectogrammes des sons ‘’s’’ et ‘’ch’’
La photo de Nikolaï Troubetskoï appartient au domaine public et la photo de Roman Jakobson provient du site des Éditions de minuit: http://www.leseditionsdeminuit.fr/auteur-Roman_Jakobson-1572-1-1-0-1.html .
Pour aller plus loin : - Vaissière Jacqueline (2006), La Phonétique, Que sais-je?, Presses Universitaires de France, Paris.  - Yaguello Marina (1981), «Vous avez dit cochon ou cocon?», Alice au pays du langage, Éditions du Seuil, Paris.
La Boîte à Saussure
La Boîte à Saussure
© 2019 La Boîte à Saussure

Mike Brant, Laisse-moi t’aimer - Émission Cadet Rousselle (1973), Archive INA (http://www.ina.fr/)
Nikolaï Troubetskoï (1890-1938)
Roman Jakobson (1896-1982)
Ainsi,   en   relevant   tous   les   sons   qu'il   a   entendu,   Mike Brant    a    fait    de    la    phonétique.    Au    contraire,    en    conservant uniquement   les   37   sons   qui   impactent   le   sens   des   mots   en français, le producteur a fait de la phonologie. 1 . La phonétique : [mè kè ce que cè] a) Définition La    phonétique    désigne    l'étude    de    l'intégralité    des sons    du    langage    humain .    Le    langage    étant    un    système organisé   où   chaque   élément   occupe   une   place   bien   précise,   les bruits    ( bbrrrr,   pssschhhiitt )   et   par   extension   les   sons   du   type toux,   respiration,   bâillement   ou   raclement   de   gorge   ne   sont pas   observés   en   phonétique    (même   si   ces   éléments   servent parfois    à    communiquer).    L’analyse    de    la    phonétique    d'une langue   ou   des   propos   prononcés   par   une   personne   consiste donc   à   fournir   une   description   extrêmement   fine   et   détaillée de    tous    les    sons    du    langage    entendus ,    et    ce,    sans    se soucier    si    ces    sons    influent    sur    le    sens    ou    non .    Par conséquent,   il   n'est   pas   nécessaire   de   parler   ou   comprendre une    langue    pour    étudier    sa    phonétique.    Il    suffit    juste    d'être attentif et surtout d'avoir une bonne oreille. Pour     effectuer     ce     travail     de     description,     un     outil universel   est   utilisé :   l'Alphabet   Phonétique   International    (ou API ).    C'est    grâce    à    cet    alphabet    que    le    phonéticien    peut retranscrire    sur    le    papier    les    différents    sons    repérés.    L'API permet   de   représenter   chaque   son   par   un   symbole   donné, et   ce   quelle   que   soit   la   langue .   Par   exemple,   le   son   ''   ch   ''    est associé   au   symbole   [   ʃ   ].   Étant   associé   à   un   seul   et   unique   son, ce   symbole   [   ʃ   ]   sera   utilisé   aussi   bien   dans   la   transcription   du mot   français   ch at   que   dans   celle   du   mot   anglais   sh ort .   Il   faut donc    avoir    conscience    que    ce    n'est    pas    parce    que    deux langues   sont   différentes   qu'on   ne   va   pas   y   retrouver   des sons    identiques .    Au    contraire,    il    est    fréquent    de    retrouver certains sons dans un grand nombre de langues.
b) Les différents types de phonétique Il existe trois grands types de phonétique : la      phonétique      articulatoire      (production):       Cette branche    de    la    phonétique    est    la    plus    ancienne.    Elle étudie   notamment   la   manière   dont   notre   corps   produit des   sons   et   plus   particulièrement   le   fonctionnement des   cordes   vocales,   de   la   langue,   des   lèvres,   etc .   En plus   de   l'étude   des   organes   de   la   parole    (ou    appareil phonatoire) ,   elle   s'intéresse   également   à   la   production des sons . Exemple :   Pour   prononcer   le   son   ‘’   b    ‘’   en   français,   il   faut fermer   les   lèvres,   sortir   un   peu   d'air   de   ses   poumons,   faire vibrer ses cordes vocales et ensuite ré-ouvrir les lèvres. la   phonétique   acoustique   (transmission):   Elle   étudie les      propriétés      physiques      des      sons      et      plus généralement,     par     quel     moyen     nous     arrivons     à transmettre    des    sons .    En    phonétique    acoustique,    on observe   le   signal   sonore   de   la   parole,   on   analyse   des spectrogrammes    et    on    parle    de    fréquences .    Des notions   de   physique   sont   essentielles   pour   pratiquer   ce type   de   phonétique.   La   phonétique   acoustique   n’a   pu   se développer   qu'à   partir   de   la   fin   du   XIXème   siècle   et   cela grâce   aux   avancées   technologiques. Auparavant,   il   n’était pas   possible   d'étudier   l'aspect   physique   des   sons   car   il n’existait      tout      simplement      aucun      outil      permettant d'analyser les ondes sonores. Exemple:    Le   son   ''   s   ''      ( s a )   en   français   a   une   fréquence plus élevée que le son  ‘’ ch ‘’   ( ch at). la   phonétique   auditive   (perception):    Elle   s'intéresse   à l'audition   des   sons   du   langage   et   plus   généralement à   la   façon   dont   nous   reconnaissons   puis   analysons les   sons .   Elle   étudie   l'appareil   auditif   et   le   décodage des   sons   du   langage,   la   réception   et   le   traitement   des ondes     sonores.      Enfin,     elle     tente     de     comprendre comment l'oreille arrive à percevoir les sons. D'autres   types   de   phonétique   sont   souvent   cités   tels   que la   phonétique   expérimentale .    Cette   dernière   reprend   les   3 types   de   phonétique   cités   précédemment   et   leur   applique une   utilisation   concrète,    comme   par   exemple   la   production artificielle     de     voix     et     la     reconnaissance     de     parole, l’orthophonie, les prothèses auditives, etc. Enfin,    vous    avez    peut-être    déjà    entendu    parler    de phonétique   instrumentale   ou   impressionniste .   Ces    termes renvoient   à   deux   approches   méthodologiques   différentes.   Dans l'approche     instrumentale,      les     phonéticiens     utilisent     la technologie    (spectrogrammes,    rayons    X,    motion    capture, etc) .   À   l’opposé,   dans   l ’approche   impressionniste,   aucune technologie   n’est   utilisée   et   seule   l’intuition   personnelle   de l’expérimentateur    est    retenue .    Dans    un    monde    idéal,    il faudrait    que    les    résultats    de    la    phonétique    impressionniste soient       systématiquement       confirmés       par       une       étude instrumentale. Pour    terminer,    une    dernière    méthodologie    consiste    à comparer        deux        langues        afin        d'observer        leurs ressemblances    et    leurs    différences .    On    parle    alors    de phonétique comparée . 2 .  La phonologie : /mè kè ce que cè/
Alors   que   la   phonétique   étudie   l'intégralité   des   sons   du langage,   la   phonologie   s'intéresse,   quant   à   elle,   uniquement aux   sons   qui   impactent   le   sens .   Ainsi,   si   l'on   s'intéresse   au son   ’   Rrr   ‘’ ,   on   ne   s'occupera   pas   des   variantes   ‘’   R   roulé   avec la   langue    ‘’   et   ‘’   R   roulé   avec   la   gorge    ‘’.   En   effet,   entre   Radis   et RRRadis ,   le   sens   reste   le   même.   La   phonétique   repère   et   décrit les   caractéristiques   des   sons   avec   l'aide   parfois   d'appareils.   La phonologie ,   elle,   tente   de   trouver   des   tendances   communes à   tous   les   locuteurs   d'une   langue.   Elle   cherche   à   construire un   modèle   afin   de   mieux   comprendre   le   fonctionnement des   langues .   Pendant   que   la   phonétique   tente   de   retranscrire ce   qui   a   été   réellement   dit,   la   phonologie,   elle,   tend   à   trouver les   sons   qui   ont   une   fonction   distinctive   dans   la   langue . Quels   sons   peut-on   associer   et   combiner ?   De   quelle   manière? Que   ne   peut-on   pas   faire   sous   peine   de   changer   le   sens ? Quels      sons      semblent      pertinents ?      En      phonologie,      on s'intéresse plus aux sons en tant que système . Afin   de   différencier   les   sons   pertinents   des   variantes,   les phonologues   ont   créé   la   notion   de   PHONÈMES .   Un   phonème désigne    la    plus    petite    unité    de    son    distinctive .    Chaque phonème   possède   une   série   de   propriétés   qui   le   distingue d'un    autre    phonème .    Par    exemple,    /t/    et    /f/    sont    deux phonèmes   différents   car   ils   peuvent   entraîner   un   changement de    sens    ( t ête     /    f ête ).    En    français,    on    comptabilise    37 phonèmes . Chaque   langue   a   son   propre   système   phonologique .   Ainsi, un   phonème   dans   une   langue   ne   le   sera   pas   forcément dans   une   autre .   Par   exemple,   en   français,   les   sons   ‘’u’’    (/y/)    et ‘’ ou’’   (/u/)    sont   considérés   comme   deux   phonèmes   différents.   En effet,   ils   peuvent   entraîner   un   changement   de   sens :   p u ll   -   p ou le ( /pyl/    -   /pul/ ).   Mais   en   italien,   l'utilisation   de   l'un   ou   de   l'autre   son n’induit    aucun    changement    de    sens.    En    France,    chaque individu   a   sa   propre   prononciation   et   sa   propre   phonétique (parole)     mais     nous     avons     tous     la     même     phonologie (langue).
Phonétique - phonologie
N’est-il   pas   étonnant   que   Mike   Brant,   au   même   titre   que monsieur    Jourdain    de    Molière,    ait    pratiqué    les    Sciences    du langage   sans   le   savoir   ?   Ne   parlant   que   l'hébreu   et   l'anglais,   le jeune     chanteur     a     commencé     sa     carrière     en     France     en interprétant    ses    chansons    en    phonétique.    Et    rien    n'est    plus compliqué    que    de    prononcer    et    d'assembler    les    sons    d'une langue   dont   on   ne   comprend   pas   le   moindre   mot.   Lors   de   la confection   de   son   premier   45   tours,   Mike   Brant   aurait   mis   260 prises   pour   enregistrer   son   titre   «   Laisse-moi   t'aimer   »   et   sa   face B   associée.   Profitons   donc   de   cet   intermède   musical   pour   parler phonétique et phonologie ! Nikolaï   Troubetskoï ,   Roman   Jakobson   et   le   Cercle linguistique de Prague
La    phonétique    et    la    phonologie sont   proches   et   complémentaires.   En   effet, elles   s'intéressent   toutes   les   deux   aux   sons du   langage .   Ces   disciplines   occupent   une place   fondamentale   puisqu'elles   font   partie des   six   principaux   domaines   d'analyse   des Sciences   du   langage   ( cf.   Les   Sciences   du langage:   Mais   de   quoi   s'agit-il? ).   De   plus, n’oublions     pas     qu’en     dépit     d’une     forte présence      de      l'écrit      dans      notre      vie quotidienne,   le   langage   humain   reste   avant tout   un   moyen   de   communication   sonore   et oral.     Lorsque     nous     participons     à     une discussion,   nous   parlons   tout   en   écoutant   à la   fois.   L'étude   des   sons   est   donc    capitale   si l'on   veut   comprendre   comment   fonctionne   le langage   et   la   communication   entre   les   êtres humains.   Mais   si   ces   deux   disciplines   sont proches,    comment    les    distinguer    l'une    de l'autre    ?    Dans    les    années    1930,    Nikolaï Troubetskoï          (1890-1938) ,          Roman Jakobson     (1896-1982)    et    leurs    confrères du    Cercle    linguistique    de    Prague     ont développé      une      théorie      permettant      de différencier     officiellement     phonétique     et phonologie.   L'apport   de   cette   distinction   va marquer   un   tournant   dans   l'étude   des   sons et dans l'histoire de la phonologie. De la phonétique à la phonologie
Pour   mieux   comprendre   la   différence   entre   phonétique   et phonologie,   prenons   un   exemple   fictif   et   puisque   c’est   lui   la vedette, revenons donc à notre cher Mike Brant.
Afin     de     conquérir     et     charmer     le     public français,   notre   ami   Mike   Brant   se   doit   d’enregistrer le      titre      « Laisse-moi      t'aimer »      en      français. Cependant,   un   problème   se   pose....   Mike   ne   parle ni   ne   comprend   la   langue   de   Molière.   Imaginons alors   que   son   producteur   lui   conseille   d'écouter   une cinquantaine    de    chansons    célèbres    afin    qu'il    se familiarise    avec    la    langue    française.    Le    jeune chanteur   rentre   chez   lui   et   commence   à   écouter   les chansons,   un   cahier   à   la   main.   Au   fur   et   à   mesure des   couplets   et   refrains   entendus,   Mike   relève   avec application   les   différents   sons   qu'il   perçoit.   Une   fois l'écoute   terminée,   il   regarde   son   cahier   et   un   vertige le    parcourt.    Une    grande    partie    des    pages    est griffonnée   et   révèle   une   très   grande   variété   de   sons. Un   sentiment   d'inquiétude   l'envahit   alors.   Comment va-t-il   faire   pour   s'y   retrouver   parmi   tous   ces   sons ? Mike   prend   son   courage   à   deux   mains   et   décide   de retourner   chez   son   producteur   afin   de   lui   avouer   ses difficultés.   Après   un   bref   échange   de   salutations,   le jeune   chanteur   lui   expose   son   problème   et   lui   décrit sa   perplexité.   Le   producteur   écoute   attentivement son   protégé   et   se   met   à   rire :   « Ah,   mais   Miky   mon ami,   tu   t'inquiètes   pour   rien ! Tu   as   repéré   beaucoup de   sons   différents   mais   en   réalité,   tu   n'en   auras   que 37   à   apprendre.   Tu   sais,   parmi   tout   ce   que   tu   as entendu,   il   y   a   des   chansons   d'époques   différentes. Regarde,    Edith    Piaf     roule    les    R    mais    pas    Eddy Mitchell .   Et   surtout,   tous   les   interprètes   ne   viennent pas   de   la   même   région !   En   bon   Toulousain,   Claude Nougaro      prononce     tous     les     A     sans     aucune distinction     alors     que     Françoise     Hardy      fait     la différence   entre   le   ''   a   ''   de   amour   et   le   ''   â   ''   de   âge. Mais   cela   ne   change   en   rien   le   sens   et   la   bonne compréhension    des    paroles. »    Soulagé    par    cette révélation     et     en     attendant     les     enregistrements studio,    Mike    se    concentrera    sur    les    seuls    sons présents   dans   sa   chanson,   avant   d’interpréter   avec brio    cette    Ode    à    l’amour    qui    fera    par    la    suite trembler   tant   de   pommeaux   de   douche   et   d’oreilles de voisins excédés.
Exemple de transcription en API d’une phrase de Laisse-moi t’aimer de Mike Brant: «La feuille qui grandit a besoin de lumière [ la f œj ki gʁɑ̃di a bəzwɛ̃ də lymjɛʁ Et le poisson meurt sans l’eau de la rivière»  e l ə pwasɔ̃ mœʁ sɑ̃ lo də la ʁivjɛʁ ]
Signaux acoustiques des sons ‘’s’’  et ‘’ch’’
Spectogrammes des sons ‘’s’’ et ‘’ch’’
Le Saviez-vous? Pour distinguer les suites de sons des suites de lettres, on écrit toujours les transcriptions phonétiques entre crochets […]. S’il s’agit d’une transcription phonologique, on écrira les sons entre barre oblique /…/ . L’API utilise essentiellement des symboles issus des alphabets grecs et latins.
Pour aller plus loin : - Vaissière Jacqueline (2006), La Phonétique, Que sais-je?, Presses Universitaires de France, Paris.  - Yaguello Marina (1981), «Vous avez dit cochon ou cocon?», Alice au pays du langage, Éditions du Seuil, Paris.
E.J.